Magazine Journal intime

La psychose maniacodépressive comme manifestation prévalente d’une sclérose en plaques

Par Handiady

Brève communication

La psychose maniacodépressive comme manifestation prévalente d’une sclérose en plaques

Manic-depressive psychosis as prevalent manifestation of multiple sclerosis




References and further reading may be available for this article. To view references and further reading you must purchase this article

aService de neurologie–explorations fonctionnelles, CHU Ibn-Rochd, 9, rue Ahmed-Naciri, quartier Palmier, Casablanca, Maroc


Reçu le 8 août 2007;  revised 26 septembre 2007;  accepté le 8 février 2008.  Available online 24 April 2008.

Résumé

Introduction

La coexistence d’une psychose maniacodépressive (PMD) et d’une sclérose en plaques (SEP) est inhabituelle, mais établie.

Observations

Deux femmes, âgées respectivement de 30 et 31 ans, présentaient des poussées neurologiques avec des accès maniaques ou dépressifs concomitants ou différés. L’IRM encéphalique révéla des hypersignaux multiples de la substance blanche. Le bilan biologique était normal. Le diagnostic de sclérose en plaques fut retenu. Des bolus de corticoïdes, administrés comme traitement de poussée, permirent la régression des accès psychiatriques. De même, le traitement de fond chez une patiente, a réduit la fréquence et la sévérité de ces accès.

Discussion/conclusion

L’association d’une psychose maniacodépressive et d’une sclérose en plaques pourrait être expliquée par des localisations lésionnelles de la sclérose en plaques ou une susceptibilité génétique commune. L’effet bénéfique de la corticothérapie sur les accès psychiatriques vient concrétiser davantage l’organicité de ces troubles.

Abstract

Introduction

Manic-depressive psychosis (MDP) and multiple sclerosis (MS) coexistence is unusual but well-proven.

Observations

We report two cases observed in two women aged 30 and 31, who were followed up for neurological episodes associated with concomitant or deferred manic or depressive fits. Brain magnetic resonance imaging revealed multiple zones of high intensity signals in the white matter. Biological balance was normal. The diagnosis of multiple sclerosis (MS) was established. Given to treat acute episodes, high-dose corticosteroids enabled regression of the psychological fits. Similarly, long-term treatment in one patient enabled significant regression of fits, which became less frequent and less severe.

Discussion/conclusion

The MDP–MS association may be due to local MS-related brain damage or to common genetic susceptibility. The positive effect of corticosteroids against psychological fits is another finding favouring an organic cause of these disorders.

Mots clés: Sclérose en plaques; Manifestations psychiatriques; Psychose maniacodépressive
Lu sur sciencedirect.com


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Handiady 268 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte