Magazine

Le Net nous rend-il stupides ?

Publié le 28 septembre 2009 par Amaury Watremez @AmauryWat

Article passionnant...

Est-ce que Google nous rend idiot ?

blog_00520_2001_a_space_odysseys_hal_9000_on_iphone.jpgIs Google Making Us Stupid?

Nicholas Carr - juin 2008 - The Atlantic
(Traduction Framalang : Penguin, Olivier et Don Rico)

« Dave, arrête. Arrête, s’il te plaît. Arrête Dave. Vas-tu t’arrêter, Dave ? » Ainsi le super-ordinateur HAL suppliait l’implacable astronaute Dave Bowman dans une scène célèbre et singulièrement poignante à la fin du film de Stanley Kubrick 2001, l’odyssée de l’espace. Bowman, qui avait failli être envoyé à la mort, au fin fond de l’espace, par la machine détraquée, est en train de déconnecter calmement et froidement les circuits mémoires qui contrôlent son « cerveau » électronique. « Dave, mon esprit est en train de disparaître », dit HAL, désespérément. « Je le sens. Je le sens. »

Moi aussi, je le sens. Ces dernières années, j’ai eu la désagréable impression que quelqu’un, ou quelque chose, bricolait mon cerveau, en reconnectait les circuits neuronaux, reprogrammait ma mémoire. Mon esprit ne disparaît pas, je n’irai pas jusque là, mais il est en train de changer. Je ne pense plus de la même façon qu’avant. C’est quand je lis que ça devient le plus flagrant. Auparavant, me plonger dans un livre ou dans un long article ne me posait aucun problème. Mon esprit était happé par la narration ou par la construction de l’argumentation, et je passais des heures à me laisser porter par de longs morceaux de prose. Ce n’est plus que rarement le cas. Désormais, ma concentration commence à s’effilocher au bout de deux ou trois pages. Je m’agite, je perds le fil, je cherche autre chose à faire. J’ai l’impression d’être toujours en train de forcer mon cerveau rétif à revenir au texte. La lecture profonde, qui était auparavant naturelle, est devenue une lutte.

Je crois savoir ce qui se passe. Cela fait maintenant plus de dix ans que je passe énormément de temps sur la toile, à faire des recherches, à surfer et même parfois à apporter ma pierre aux immenses bases de données d’Internet. En tant qu’écrivain, j’ai reçu le Web comme une bénédiction. Les recherches, autrefois synonymes de journées entières au milieu des livres et magazines des bibliothèques, s’effectuent désormais en un instant. Quelques recherches sur Google, quelques clics de lien en lien et j’obtiens le fait révélateur ou la citation piquante que j’espérais. Même lorsque je ne travaille pas, il y a de grandes chances que je sois en pleine exploration du dédale rempli d’informations qu’est le Web ou en train de lire ou d’écrire des e-mails, de parcourir les titres de l’actualité et les derniers billets de mes blogs favoris, de regarder des vidéos et d’écouter des podcasts ou simplement de vagabonder d’un lien à un autre, puis à un autre encore. (À la différence des notes de bas de page, auxquelles on les apparente parfois, les liens hypertextes ne se contentent pas de faire référence à d’autres ouvrages ; ils vous attirent inexorablement vers ces nouveaux contenus.)

Pour moi, comme pour d’autres, le Net est devenu un media universel, le tuyau d’où provient la plupart des informations qui passent par mes yeux et mes oreilles. Les avantages sont nombreux d’avoir un accès immédiat à un magasin d’information d’une telle richesse, et ces avantages ont été largement décrits et applaudis comme il se doit. « Le souvenir parfait de la mémoire du silicium », a écrit Clive Thompson de Wired, "peut être une fantastique aubaine pour la réflexion." Mais cette aubaine a un prix. Comme le théoricien des média Marshall McLuhan le faisait remarquer dans les années 60, les média ne sont pas uniquement un canal passif d’information. Ils fournissent les bases de la réflexion, mais ils modèlent également le processus de la pensée. Et il semble que le Net érode ma capacité de concentration et de réflexion. Mon esprit attend désormais les informations de la façon dont le Net les distribue : comme un flux de particules s’écoulant rapidement. Auparavant, j’étais un plongeur dans une mer de mots. Désormais, je fends la surface comme un pilote de jet-ski.

Je ne suis pas le seul. Lorsque j’évoque mes problèmes de lecture avec des amis et des connaissances, amateurs de littérature pour la plupart, ils me disent vivre la même expérience. Plus ils utilisent le Web, plus ils doivent se battre pour rester concentrés sur de longues pages d’écriture. Certains des bloggeurs que je lis ont également commencé à mentionner ce phénomène. Scott Karp, qui tient un blog sur les média en ligne, a récemment confessé qu’il avait complètement arrêté de lire des livres. « J’étais spécialisé en littérature à l’université et je passais mon temps à lire des livres », écrit-il. « Que s’est-il passé ? » Il essaie de deviner la réponse : « Peut-être que je ne lis plus que sur Internet, non pas parce que ma façon de lire a changé (c’est à dire parce que je rechercherais la facilité), mais plutôt parce que ma façon de PENSER a changé ? »

à suivre ici


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Pollution : Elle pollue aussi le sommeil

    Pollution Elle pollue aussi sommeil

    De précédentes études ont montré que la pollution de l'air affecte la santé cardiaque et la fonction pulmonaire, mais la pollution peut aussi perturber le... Lire la suite

    Par  Santelog
    SANTÉ
  • The Circle

    Circle

    Découvrez la nouvelle bande annonce du film de James Ponsoldt avec Emma Watson, Tom Hanks. The Circle,une histoire futuriste dans un monde Cyber contrôlé on... Lire la suite

    Par  Yeurl
    CINÉMA, CULTURE
  • DIY – Boîte de rangement pour kid ADC x A Little Mercerie

    Boîte rangement pour Little Mercerie

    Avec le retour des beaux jours, nous sommes beaucoup plus efficaces au Studio ADC. Les vitamines et l’énergie que nous offre le soleil y sont pour beaucou... Lire la suite

    Par  Atelierdecuriosite
    CONSO, CÔTÉ FEMMES
  • En mai, j'ai fait ce qui me plait !

    mai, j'ai fait plait

    Comme d'habitude, d'ailleurs ! J'ai travaillé, écouté, animé, échangé, découvert, cuisiné, mangé, paressé... Et passé un peu trop de temps sur les réseaux... Lire la suite

    Par  Ariane_dt
    CUISINE, CUISINE MINCEUR
  • La Sensa 2017

    Sensa 2017

    La Sensa évoque chaque année l'ancienne tradition des "épousailles" du Doge avec la Mer. Partant de Saint Marc, devant la douane de la mer, le cortège,... Lire la suite

    Par  Le_blog_de_venise
    VOYAGES
  • Insomniaque, il photographie Central Park seul dans la nuit

    Insomniaque, photographie Central Park seul dans nuit

    Sur la base du latin insomnia (du latin somniculus, " état de celui qui dort ") signifie stricto sensu la privation de sommeil. Pour occuper ces longues nuits,... Lire la suite

    Par  Golem13
    INSOLITE, SOCIÉTÉ

A propos de l’auteur


Amaury Watremez 23220 partages Voir son profil
Voir son blog