Magazine France

Réchauffement climatique : les erreurs du GIEC

Publié le 28 septembre 2009 par Roman Bernard
Dans mon article sur le débat sur le réchauffement climatique en Australie, j'avais écrit que « la pensée dominante, comme sise dans une forteresse, peut affirmer une erreur, elle n'en sera pas ébranlée. Tandis que les dissidents, les assaillants, doivent employer des trésors d'intelligence et de travail pour que l'on ne conteste pas d'emblée leurs propos. » C'est ce qu'a fait Vincent Courtillot, dont le CV est impressionnant : géologue, géophysicien, spécialisé en géomagnétisme et en volcanisme, directeur de l'Institut de physique du globe, membre de l'Académie des sciences, ancien professeur à l'université de Stanford (États-Unis). Il n'est, certes, pas spécialisé dans le domaine du réchauffement climatique. Mais après tout, l'un des plus grands penseurs du libéralisme, Karl Popper, était un philosophe des sciences. C'est précisément la polyvalence, en science, qui permet de renouveler les paradigmes d'une discipline.
Dans la vidéo qui suit, envoyée par l'excellent Vincent Bénard, Courtillot s'exprime dans le cadre des journées scientifiques de l'Université de Nantes. Il commence par dire que le Hadley Centre for Climate Prediction and Research, centre météorologique britannique qui fournit le GIEC en mesures de température, refuse depuis quatre ans de lui communiquer ses données brutes. Une attitude totalement anti-scientifique qui jette le trouble sur les résultats communiqués par le GIEC, dont Vincent Courtillot rappelle qu'il est avant toute chose un organe politique.
Et à en croire Courtillot, dont l'équipe de chercheurs a réuni elle-même les données refusées par le Hadley Center, les résultats du GIEC sont tout simplement... faux.
Comme il l'affirme dans la diapositive extraite de sa présentation, s'il y a un réchauffement climatique depuis 150 ans, il est irrégulier. Et surtout, il n'est pas sans précédent depuis deux mille ans, comme le prétend le GIEC avec son modèle graphique de la « crosse de hockey ». Il rappelle, s'appuyant sur les travaux de référence de l'historien Emmanuel Leroy-Ladurie, qu'il y a eu, autour de l'an mil, et jusqu'au XIVe siècle, l'« optimum climatique médiéval » (qui explique la croissance démographique de l'Occident chrétien). Puis, du XVIe au XIXe siècles, le « petit âge glaciaire » (qui explique, a contrario, l'incapacité de la France à peupler ce qui est devenu le Québec). Le GIEC manque en fait de sources : jusqu'à récemment, les mesures de température de l'atmosphère et des océans étaient trop peu nombreuses pour être significatives. En outre, la moyenne réalisée à partir de températures diverses est une méthode douteuse, faisant fi de nombreux paramètres.
Au premier rang de ceux-ci se trouve l'activité solaire. Vincent Courtillot démontre que le GIEC a sous-estimé d'un facteur 20 l'influence des variations de l'activité du Soleil sur la température de l'atmosphère, à cause d'une erreur de calcul dans le calibrage des signaux de différents satellites. De plus, les nuages, dont le rôle dans la température de l'atmosphère est très important (c'est par exemple en raison de leur absence que les nuits sont si fraîches dans les déserts chauds) sont... absents des modèles du GIEC, qui se prive ainsi de données de tout premier ordre.
Réchauffement climatique : les erreurs du GIEC
Pour Vincent Courtillot, s'il y a une corrélation entre augmentation de la teneur de l'atmosphère en dioxyde de carbone (CO2) et élévation de la température, celle-ci est inverse : c'est le réchauffement des océans qui leur fait dégager le CO2 qu'ils piégeaient jusqu'ici. Un peu comme si vous laissiez une bouteille de coca au soleil.
Courtillot pense que, d'ici une dizaine d'années, il sera communément admis que les résultats du GIEC sont erronés. Ce qui lui fait craindre que le « retour de bâton » soit tel que la science sera discréditée, attisant les fondamentalismes religieux.
Il précise aussi que toutes les ressources qui seront consacrées en vain à lutter contre le réchauffement climatique ne le seront pas pour régler de réels problèmes comme le manque d'eau potable, de nourriture, ou encore l'accumulation des déchets.
Réchauffement climatique : les erreurs du GIEC
La pertinence de l'argumentaire de Courtillot réside également dans son propre aveu d'erreur. Jusqu'à récemment, il pensait, comme la plupart des non-spécialistes, que le réchauffement climatique est une réalité, qu'il est d'origine humaine, et que ses effets seront catastrophiques. En s'étant penché sur les faits, il relativise la réalité du réchauffement climatique, n'en attribue pas la responsabilité à l'homme, et pense que ses conséquences seront, au pire, négligeables (il estime par exemple que l'élévation du niveau des océans, réduite, ne constituera pas une catastrophe).
C'est donc à regarder ci-dessous. 51 minutes pour désapprendre les erreurs du GIEC.

Roman Bernard

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Roman Bernard 428 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte