Magazine Culture

Paris insolite ; honneur à l’ancêtre!

Par Paristoujoursparis

L’Astrée, 69 rue de Lévis, Paris 17e (métro Villiers)

Mardi 6 octobre de 19 h00 à 22h00

la librairie l'Astrée et les éditions Attila

vous invitent à rencontrer Benoît Virot et Frédéric Martin qui nous présenteront la réédition du livre Paris Insolite éditions Attila, de Jean-Claude Clébert et Patrice Molinard

Deux comédiens, Aurélia Puchault et Gilbert Levy nous liront des extraits de ce texte de 1952.

nngimages.jpg

Jean-Paul Clébert : une vrai gueule d'acteur Holyvoodien!

Jean-Claude Clébert arpenta le pavé parisien dans les années 50, et a tiré de ses errances des pages magnifiques, rééditées grâce aux bons soins des éditions Attila. Ne vous laissez pas berner par le titre, on est très loin de l’exotisme de pacotille. Le récit est illustré par 115 photos signées par Patrice Molinard. Vous voulez visiter Paris d’une façon originale ? Prenez l’ouvrage et mettre vos pas dans ceux de Jean-Claude Clébert

Enquête romancée. Cherchant à côtoyer le monde des souteneurs et des prostituées , des clochards , des chiffonniers , des Arabes et des Gitans , l' auteur a vécu “en quête du pain et du gîte quotidiens dans une angoissante et merveilleuse incertitude du lendemain”

« Un soir que le froid m'avait chassé des berges de la Seine et que je n'avais pu trouver de place à la péniche du pont d'Austerlitz…j'aperçus un feu brûlant dans la rue Sauvage entre les rails du train qui tourne à cet endroit… »
Le Paris de 1952 décrit par Jean Paul Clébert correspond à un monde partiellement disparu. Son évocation de l'univers interlope des Halles ou le grouillement du marché aux vins de Bercy étonnerait en effet nombre d'habitués contemporains du forum ou du récent multiplex de la rive droite.
” …À force de coucher à droite à gauche, on finit par connaître une quantité de trucs, ficelles, flèches, de piaules et de planques… “
Il fut un temps où les habitués des bars kabyles roulaient leurs cigarettes au kif sur le zinc du comptoir. Ailleurs, dans la capitale, des ferrailleurs millionnaires en hardes poussaient des landaus chargés de trésors récupérés dans les beaux quartiers tandis qu'une cohorte de personnages déclassés, magnifiques et assurément louches s'engouffraient par d'inquiétantes trappes à charbon dans des immeubles miteux.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Paristoujoursparis 1410 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines