Magazine Culture

Left Lane Cruiser " All you Can eat "

Publié le 29 septembre 2009 par Nikkos
Left Lane Cruiser " All you can eat " Alive Records 2009
La sortie d'un nouvel album d'un de ses groupes fétiches est toujours un moment sensible.
On en attend beaucoup, et il (me) faut un long temps d'écoute afin d'apprécier à sa juste valeur la nouvelle livraison de Left Lane Cruiser.
Le groupe est toujours composé de Freddy Joe Evans IV à la slide guitare et au chant ainsi que de Brenn " Sausage " Beck aux fûts. Ce nouvel opus des aventures de ces deux sauvages au pays du blues a été produit par Jim Diamond au studios Ghettos Recorders de Detroit. Et le lieu d'enregistrement de ce disque a son importance, car il possède une sonorité garage indéniable ( à la différence de leur deuxième album qui lui restait dans un son que l'on pourrait qualifier de "Fat Possum première époque " ).
D'entrée "Crackalaka " ouvre le bal et indique la température : ça va suinter pendant tout l'album ! Ce titre nous laisse entendre une slide guitare qui emporte tout sur son passage avec une rhythmique calée sur celle du précédent album. Les breaks de batterie sont jouissifs, les ponts restent très blues, ce qui n'est pas pour me déplaire. Ce morceau est excellent.
Poursuivons avec " Hillgrass Bluebilly ", nom du label de leur premier LP. C'est un blues tout ce qu'il y a de plus blues, avec cette voix éraillée de Freddy qui rappelle que ce groupe est à part.
Suit " Old Fashioned ", de style bluegrass, à la manière de" G Bob " sur le précédent album. Pour l'instant on reste en territoire connu depuis le début de l'album.
C'est avec le prochain morceau, " Hard Working Man " que l'on va connaître nos premières surprises, en effet, le groupe invoque les dieux du métal et produit un son très lourd, on peut vraiment dire que l'on entre dans la phase " Heavy Blues " de l'album. Un son de guitare d'une bassesse incroyable, un jeu de batterie tambourinant : ce titre, c'est Attila au pays du blues !
Black Lung continue sur la lancée : ici on peut dire que le groupe défonce tout sur passage.
Changeons de face (oui cette chronique a été écrite en écoutant l'album sur vinyle chers amis, d'ailleurs ce disque propose un label jaune sur un pressage blanc, la poule a pondu son oeuf...)
Avec " Hard Luck ", on reste dans la même esthétique sonore, mais le morceau est plus fin, moins répétitif que les deux précédents, on prend plaisir avec ce riff de guitare et ce phrasé hip-hop.
"Broke Ass blues " est quant à lui moins réussi et ne sort pas du lot.
Le titre " Putain" présente également ce phrasé rappé et est un meilleur morceau où l'on sent le métier des deux compères, leur complicité.
" Poopdeflex " reste sauvage à souhait, et on se dit que le tracklisting aurait pu être plus judiciex et respirer l'auditeur avant le feux d'artifice final.
Car, comme sur le précédent album, le dernier morceau laisse l'auditeur abasourdi.
"Waynedale " commence sur les chapeaux de roue et laisse entendre le groupe jouer à fond du début à la fin. Le riff entêtant de Freddy est appuyé par le martelement de son camarade et le disque se termine sur une bonne note.
Pour conclure sur ce "All you can eat ", je dirais que c'est un album certes moins attachant et surprenant que le précédent, mais néanmoins réussi et avec le mérite de présenter des choses nouvelles quoique moins novatrice à mon avis.
Le groupe est actuellement en tournée et passe en France prochainement...
Pour vous procurer cet album, cliquez sur la pochette.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par Barns
posté le 24 décembre à 21:22
Signaler un abus

Cooool, un fan des left lane cruiser. Un trés bon groupe, auquel il faut ajouter les henry's funeral shoe et les black keys.

Ajouter un commentaire