Magazine Culture

Anthologie permanente : Peter Riley

Par Florence Trocmé

excavations (extraits)

39.
Parole annulée en musique la mâchoire inférieure enlevée et placée, intacte, sur la cage thoracique, dents vers le bas. Un petit vase en terre cuite fut inséré à sa place, touchant le palais ; son contenu incluait les os d’un petit animal. Lors m’enferma d’une Clef d’Or Tête au Sud face vers le haut, jambes fléchies et tournées vers l’Ouest jeune et mince la main gauche enfoncée dans l’aine, bras droit en travers de la poitrine deux cailloux de quartz jaune arrondis par l’usage juste au-delà des doigts de la main droite, à côté de l’oreille gauche ǀ poix solaire, étoile de glaise, fracture de lame obscure – parole coupée par l’horreur. Mords mon cœur, ciel en trois personnes, et j’irai gagner ma vie, dehors dans les rues et les bars de la terre. Investir dans toute l’astrologie, selon le sursis vigilant de la parole.
39.
Speech cancelled into music the lower jaw removed and placed, intact, on the chest, teeth down. A small pottery vessel was inserted in its place, touching the palate; its contents included the bones of a small animal. And Lockd me up with a golden Key Head to South facing upwards, legs flexed and turned to West young and slender left hand thrust into groin, right arm across chest two yellow quartz pebbles rounded with use just beyond the fingers of the right hand, beside the left ear ǀ sun pitch, clay star, black blade fracture — speechless with horror. Bite my heart, three-personed sky, and I'll earn a living, out in the streets and bars of earth. And spend into the whole astrology, at speech's vigilant reprieve.

53.
Comme tenu dans des mains pâles, encerclé ou retranché, les mains assez ouvertes pour laisser échapper un petit oiseau. Par là les mourants pénètrent le cercle et patiemment se drapent d’oubli et s’allongent dans les orifices préparés, remettant leurs points cardinaux à l’histoire de la race, éclairés par un petit cœur de flamme au plafond. En paix, on pourrait dire, des morphèmes voletant vers le vaste O résonnant, et la neige galbée.
53.
As if held in pale hands, circled or entrenched and the hands open enough to let out a small bird. By which the dying enter the ring and patiently cloak themselves in forgetting and lie down in the apertures prepared, conferring their cardinal points to the history of the race, lit by a small flaming heart on the ceiling. In peace one might say, morphemes fluttering out to the vast resonant O, and the shapely snow.
Peter Riley, Excavations, Reality Street, Hastings, 2004.Traduit de l’anglais par Jean-René Lassalle
Contribution de Jean-René Lassalle


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Jean Tardieu

    Complainte du verbe Être Je serai je ne serai plus je serai ce caillou toi tu seras moi je serai je ne serai plus quand tu ne seras plus tu seras ce caillou... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Yves Boudier

    Yves Boudier vient de publier Vanités, Carré misère, aux éditions l’Act Mem. « L’hypothèse de ce livre est la suivante : ces hommes et ces femmes que nous... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Paul Verlaine

    ndlr : Paul Verlaine est en dehors du champ temporel couvert par Poezibao (qui suit l’actualité éditoriale de la poésie moderne et contemporaine, à partir... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Edmond Jabès

    Le fond de l’eau Je parle de toi non de ma lampe d’ombre de mon pas de lévrier Le vent dans le talon de l’or le vent dans la margelle du puits le vent dehors... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Henri Pichette

    Gallimard publie deux ouvrages d’Henri Pichette, l’édition augmentée et définitive des Poèmes offerts, dans la collection Blanche et Odes à chacun, suivi de... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Jan Wagner

    Les éditions Cheyne publie Archives nomades du poète allemand Jan Wagner. nature morte un grand poisson que l’on a couché sur un journal, une table en bois... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Tomás Segovia

    La collection Poésie/Gallimard publie Cahier du Nomade, Choix de poèmes 1946-1997. Le poète le jour de son anniversaire (extrait) Pour Jim Irby, dont c’est... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 13853 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines