Magazine

Un copain pour la route

Publié le 01 octobre 2009 par Didier54 @Partages
Va savoir pourquoi...
Régulièrement, au fil de mes journées, il m'arrive de siffloter un air. De préférence à un autre. Certains trainent quelques temps dans le paysage, comme en ce moment la musique de la pub Herta ou celle du générique... de l'heure de vérité. J'ai aussi l'air de Mission Impossible qui, parfois, déboule entre mes dents. Et La fille du coupeur de joints, de Thiéfaine.
D'autres débarquent comme ça sans crier gare. Ce fut le cas de Autoroutes jeudi d'automne. Un collègue venait de me dire sa fierté d'avoir inventé l'expression je m'apoplexise. Ce mot me disait pourtant quelque chose, même ainsi usité. Je ne sais plus trop de quoi nous parlions mais les autoroutes jeudi d'automne me sont (re)venues dans le bocal. Ci-dessous en partage le texte, un des plus beaux du gars de Dôle à mon avis.
Autoroutes Jeudi D'automne
Elle m'envoie des cartes postales de son asile
M'annonçant la nouvelle de son dernier combat
Elle me dit que la nuit l'a rendue trop fragile
Et qu'elle veut plus ramer pour d'autres Guernica
Et moi je lis ses lettres le soir dans la tempête
En buvant des cafés dans les stations-service
Et je calcule en moi le poids de sa défaite
Et je mesure le temps qui nous apoplexise
Et je me dis stop
Mais je remonte mon col j'appuie sur le starter
Et je vais voir ailleurs, encore plus loin ailleurs
Et je croise des vieillards qui font la sentinelle
Et me demandent si j'ai pas des cachous pour la nuit
Je balance mes buvards et tire sur la ficelle
Pour appeler le dément qui inventa l'ennui
Et je promène son masque au fond de mes sacoches
Avec le négatif de nos photos futures
Je mendie l'oxygène aux sorties des cinoches
Et vends des compresseurs à mes ladies-bromure
Et je me dis stop
Mais je remonte mon col j'appuie sur le starter
Et je vais voir ailleurs, encore plus loin ailleurs
Il est bientôt minuit mais je fais beaucoup plus jeune
Je piaffe et m'impatiente au fond des starting-blocks
Je m'arrête pour mater mes corbeaux qui déjeunent
Et mes fleurs qui se tordent sous les électrochocs
Et j'imagine le rire de toutes nos cellules mortes
Quand on se tape la bascule en gommant nos années
J'ai gardé mon turbo pour défoncer les portes
Mais parfois il me reste que les violons pour pleurer
Et je me dis stop
Mais je remonte mon col j'appuie sur le starter
Et je vais voir ailleurs, encore plus loin ailleurs
Elle m'envoie des cartes postales de son asile
M'annonçant la nouvelle de son dernier combat
Elle me dit que la nuit l'a rendue trop fragile
Et qu'elle veut plus ramer pour d'autres Guernica.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • … Mission accomplie

    Mission accomplie

    Mission Florimont. Je ne sais plus comment j’ai eu vent de cette pièce. Apres avoir été obligée de reporter, je n’y croyais plus même. Et pourtant c’est le genr... Lire la suite

    Par  Magadit
    CÔTÉ FEMMES, A CLASSER
  • Mission pas impossible de septembre

    Mission impossible septembre

    Septembre. Bellâtre. Nouvelle mission. Septembre : nouveau mois. Bellâtre : Keanu Reeves, dont le prénom signifie en hawaiien "brise fraîche au-dessus des... Lire la suite

    Par  Angie21
    A CLASSER
  • (Dé) Mission impossible

    Devant la pauvreté navrante de l’actualité nationale et internationale, et parce qu’aujourd’hui est un jour un peu particulier, je me passerai de ton... Lire la suite

    Par  Innommables
    HUMEUR, A CLASSER
  • Mission pas impossible de novembre

    Mission impossible novembre

    Le mois dernier il n'y a pas eu de bellâtre de motivation. Oui, parce que j'avais complètement oublié, d'ailleurs, personne ne l'a remarqué. Mais je suis... Lire la suite

    Par  Angie21
    A CLASSER
  • Pigeon : Impossible

    Restons dans les films d'animations avec ce court-métrage de Lucas Martell bien sympathique, Pigeon : Impossible.En tant qu'amateur, il lui a fallu 5 années... Lire la suite

    Par  ßertrand
    A CLASSER
  • … Démission impossible

    Démission impossible

    En direct de http://dcub.wordpress.com Je m’appelle Peter, mais ma mère m’appelle Pitou, mon frère alcoolique Petrus et mes amis ne m’appellent pas. Lire la suite

    Par  Magadit
    CÔTÉ FEMMES, A CLASSER
  • Mission : impossible

    Ce matin, un message tira Saint Pingouin du lit. Quel était donc cet abruti qui s'amusait à lancer des enveloppes sur la tête des braves pingouins dormants ? Lire la suite

    Par  Saint Pingouin
    A CLASSER

A propos de l’auteur


Didier54 35 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte