Magazine Culture

Varlet flaubert stevenson

Par Bruno Leclercq

VARLET FLAUBERT STEVENSON
En attendant de trouver le numéro de Vient de paraître de mai 1927, pour se faire une idée plus précise de l'article de Varlet, cette note de René Dumesnil trouvée dans Les Marges, N° 159-160, septembre-octobre 1927 :

A signaler, dans Vient de paraître (mai 1927) : Un parallèle à vérifier : Stevenson et Flaubert, de M. Théo Varlet. Stevenson est « un auteur qui hait l'à peu près, qui s'acharne à la poursuite du mot juste, de la forme nécessaire, et qui écrira s'il le faut, non pas seulement une phrase ou un chapitre, mais tout un roman, de fond en comble, et jusqu'à des trois ou quatre fois, pour leur imposer à force de labeur ce style « définitif » si simple et naturel qu'on le dirait né du premier jet ». Mais ce n'est point seulement un égal souci de la perfection dans la forme qui permet à M. Théo Varlet d'établir son parallèle : c'est encore et surtout une opposition de caractère « qui va presque jusqu'à « l'antithèse » : Flaubert hait les bourgeois : il se condamne à peindre l'objet de son aversion. Stevenson, lui, n'écoute que ses sympathies. Mais ces divergences, note M. Théo Varlet, rapprochent les deux hommes, ils font de l'art le but suprême de leurs efforts, la raison même de toute leur vie. Car en eux, il y a pareil entêtement, pareille volonté de tout subordonner à l'art, de tout utiliser en vue de la seule chose qui, pour eux, vaille en ce monde : un beau livre...
L'idée est ingénieuse. Mais pourquoi, en France, certains qui affirment cependant mettre au-dessus de tout le sentiment « national », ont-ils précisément exalté Stevenson en abaissant Flaubert ?
René Dumesnil

Voir les billets d'Eric Dussert, grand amateur et spécialiste de Théo Varlet, dans son Alamblog : Le Poète astronome (Théo Varlet). Théo Varlet et le Hachich (André Billy). Autour de Théo Varlet (glanes). Un Roc d'or sinon rien. Une baleine au Contadour, par Gérard Allibert (à propos de Moby Dick, Lucien Jacques, Jean Giono et Théo Varlet). Théo Varlet et la machine à écrire. Une nuit à l'Hôtel de la Baleine (Varlet traducteur de Melville). Théo Varlet à la Proue. De l'aventure avec Théo Varlet. Voir le billet de Mikaël Lugan dans ses Féeries Intérieures : Théo Varlet : quelques glanes où apparaît aussi le Magnifique, pour surenchérir sur Zeb & le Préfet maritime.Voir sur Livrenblog : Théo Varlet poète. Théo Varlet. Traducteur de Stevenson.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bruno Leclercq 1643 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines