Magazine Cyclisme

Questions pour un marathonien

Publié le 01 octobre 2009 par Marathonien67
 
Six questions pour un marathonien
 
Six questions pour un marathonien1/ Quelles sont vos motivations et l'enthousiasme pour participer a de grands évènements (quelles formes de tourisme sportif, quelle compétition, pourquoi, qu'est ce qui vous donne envie de faire ces courses là, le mythe?
 
Oui, effectivement, le marathon est une distance mythique. Sur cette distance, on est sur de partir mais pas certain d'arriver. C'est le côté imprévisible de l'épreuve que j'apprécie... Nous autre, les coureurs à pied, on court tous après cette sensation grisante, cette impression de voler lorsque nos jambes nous transportent vers le lointain avec facilité, sans avoir l'impression de fournir le moindre effort. Pour en arriver là, que de kilomètres parcourus, que de paires de godasses défoncées, que semelles usées et d'illusions perdues. Dans la vie d'un coureur à pied, ce n'est pas tous les jours la fête. Alors tenir les murs ou faire sauter le mur, j'ai choisi ma voie. Des fois, je m'imagine, installé en tailleur sur un beau tapis volant semblable à celui d'un conte des milles et une nuit, en route vers l'arrivée d'un marathon. Les kilomètres défilent sans que mon souffle ne devienne saccadé. Lorsque, je m'en vais courir seul sur des chemins de campagne déserts, porté par une douce nuit étoilée et que je me sens léger comme une plume dans ma paire de basket. Lorsque, je me rends compte, au bout d'à peine quelques foulées, que je pourrais courir longtemps sans me soucier du tic-tac de l'horloge. Alors c'est le top du top, le summum, j'atteins le nirvana du marathonien... Je déconnecte du sens des réalités l'espace d'un footing et dans ces moments là, je suis au paradis des coureurs à pied. Comme Renaud, je suis dans "Mon bistrot préféré". J'aime aussi découvrir de nouveau parcours et de nouvelles contrées. Grâce à un certain don sportif (grâce à Dieu), la course à pied, me permet de voyager souvent. J'en profite donc pour emmagasiner un maximum d'images que je garde là haut, quelque part, dans un coin de ma tête.
2/ Quel est l'entraînement et la préparation nécessaire au quotidien (organisation, comment gérer la douleur, la blessure ?).
Il convient de s'entraîner tous les jours, en suivant un programme préétabli par avance, qu'il faudra suivre à la lettre afin d'arriver sur la ligne de départ dans les meilleures dispositions possible. Pour pouvoir atteindre son objectif, il faut posséder un mental d'acier et ne pas se laisser perturber par les éléments extérieurs. C'est la clé de la performance. Le marathon est une distance ou le mental joue un rôle de tout premier ordre, surtout après le 30ième kilomètres. Quand les réserves énergétique sont presque totalement vide et que les muscles sont fatigués par l'accumulation des kilomètres ainsi que par les chocs répétés sur le macadam, c'est le mental qui prends le relai. Il faut toujours avoir le cerveau centré sur des pensées positives. Cela permet de faire abstraction de la douleur qui forcément s'installe à un moment donné. Les blessures font partis du quotidien du sportif et le marathonien n'y échappe malheureusement pas. Pour cela, il faut toujours être à l'écoute des signes que notre corps nous renvoi et consulter un médecin du sport au moindre pépin physique. Un bon kiné peut être un plus dans une préparation. Dès qu'un petit bobo survient, il le prendra en charge avant qu'il ne prenne des proportions plus grandes. Mais le risque de passer à côté sur marathon est bien réel.
3/ On parle souvent de la création d'une identité de "Runner" ( quelle sous culture, comment le sens est donné a travers des engagements envers la communauté des coureurs,quels rituels et routines? quels sont les liens entre coureurs comment cette identité se renforce?)
Les "Runner's " forment une communauté unis par la passion de la course a pied. On se retrouve sur les courses sur route presque tous les week-ends où plus souvent encore sur la piste du coin. Sur la piste, on entend le souffle court des athlètes, on perçoit même le bruit de leurs foulées, le bip-bip du chronomètre et le coach qui s'écrit entre deux pauses. On voit la souffrance, quand on s'arrache pour « passer une séance » et la joie lorsque l'objectif est atteint. On sent l'odeur de la sueur qui s'accumule sur le textile du débardeur dernier cri lorsque le soleil est de la partie et celle de la pommade chauffante lorsque le froid s'installe. Des fois, en étant attentif, on peut apercevoir un lièvre ou un écureuil qui cavale dans les herbes folles qui font le tour des lieux. On se salut, on s'encourage entre pote de galère et quand arrive l'heure de la douche, dans les vestiaires, on plaisante, on discute course à pied et on s'échange des conseils toujours bon a prendre. C'est chaleureux comme ambiance. C'est fraternel et ça véhicule des valeurs. C'est ça le vrai sport! Faut pas chercher loin pour être heureux. Tant qu'on a la santé et qu'on peut courir librement où on veut et quand on veut et sans prise de tête. Au stade, les problèmes, on les laisse à la porte pendant une heure ou deux et on les récupère en sortant. Bref, les liens entre les coureurs se renforcent dans la pratique. Le goût de l'effort est le point commun à tous.
4/ Le rôle de la course a pied comme 3ème maison après la maison et le travail: quel équilibre de vie?
La course à pied est pour beaucoup de personnes, une passion. Cette passion est plus ou moins prononcée chez les uns et les autres. Il convient de trouvé le bonne équilibre pour laisser la place à la famille et au boulot. Il ne faut pas que cette passion vienne tout dévorer sur son passage. Le sport est un bon défouloir, un bon moyen de s'oxygéner, de s'évader. C'est également un bon moyen de décompresser. Pour ces raisons, il est essentiel dans la vie de celui qui le pratique. D'ailleurs, la déprime n'est jamais très loin quand il faut stopper le sport pour une raison ou pour une autre. Je pense que dans un couple, le conjoint doit comprendre le sportif qui partage sa vie et le sportif doit lui, savoir faire la part de chose. Il faut trouver le bon équilibre mais ce n'est pas toujours évident...
La course à pied est une maison qui se transporte facilement aux quatre coins du monde. On peut courir n'importe où et à n'importe qu'elle heure. C'est un sport qui ne coûte presque rien, un short et une paire de basket suffisent pour le pratiquer.
5/ Est ce un désir de mener un mode de vie sain? importance du bénéfice santé...
Personnellement, ma principale motivation est le plaisir de courir en toute liberté. La course à pied est ma passion. Mais chaque coureur est différent. A chacun son paradis. Les motivations ne sont pas les mêmes pour tous les sportifs. Elles peuvent être soit, extrinsèque: Pour l'argent, la gloire, prendre le départ d'un marathon juste pour épater les copains, pour perdre du poids, etc. Ou à l'inverse, elles peuvent être intrinsèque (pour la pratique en elle même): Pour l'amour du sport, prendre soin de soi en faisant du sport "Un esprit sain dans un corps sain" *, pour se dépenser, pour relever le défi du marathon, etc. Mais le sport restera toujours la plus belle école de la vie et la course à pied demeure un excellent moyen d'être longtemps en bonne santé. A condition toutefois de la pratiquer à dose raisonnable, de se faire conseiller par une personne compétente dans le domaine de l'entraînement, d'utiliser de bonnes chaussures, du bon matériel et d'avoir une bonne hygiène de vie.
6/ quels engagements éthiques dans la pratique: quelles valeurs? protection de l'environnement, lutte antidopage...
La course à pied est un sport individuel mais au delà de cet aspect individualiste, ce sport véhicule de nombreuses valeurs telle que la solidarité, la fraternité, le dépassement de soi, la volonté, le courage... j'en passe et des meilleures. Sur marathon, les coureurs de haut niveau sont logés à la même enseigne que tous les autres. Tous les concurrents, quel que soi leur niveau de pratique, sont placés sur la même ligne de départ. Ils partent tous en même temps. Ils devront tous parcourir 42Km,195. Chacun à son rythme, certes, mais tous ensembles. Depuis quelques années, le trail (Course nature) a fait son apparition dans le paysage de la course à pied. Il y a un vrai rapport avec la nature sur ces épreuves. Le trail est très en vogue car de plus en plus de coureurs sont lassés de courir sur routes goudronnées, et sont à la recherche de nouveauté. C'est alors la réponse la mieux adaptée: avec les variétés de reliefs, de paysages, et de surfaces généralement proposées, il permet aux coureurs de découvrir de nouvelles sensations. Sur ces épreuves, la convivialité règne, comme l'amateurisme, la confidentialité, la franche camaraderie, la rigolade, etc. On apprend à aimer et à respecter cette nature sans laquelle les êtres humains ne pourraient tout simplement pas vivre. Quant au dopage, il est contraire à l'esprit même du sport, contraire à toutes les valeurs que ce dernier véhicule si bien. Se doper, c'est être anti-sportif tout simplement.
 
 
*Cette citation est extraite des Satires (la Dixième) de Juvénal. On la traduit ainsi :"Un esprit sain dans un corps sain". Cependant, ces cinq mots ont été détournés de leur sens premier. En effet, le poète voulait dire que l'homme, s'il est vraiment sage, ne doit demander que la santé de l'âme avec celle du corps. "Orandum est, ut sit mens sana in corpore sano" ( "Il faut prier afin d'obtenir un esprit sain dans un corps sain") est la citation complète. Maintenant, on l'utilise pour engager à cultiver aussi bien le moral que le physique, les études ou le travail que le sport. On ne peut vivre avec l'un sans l'autre.
 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marathonien67 125 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines