Magazine Cinéma

Jennifer’s Body

Par Corentino

Graou Graou

Graou Graou

Jannifer est une bien jolie jeune fille. Elle est charmante, presque intelligente, mais sa particularité réside dans sa petite culotte. La petite a le feu aux fesses !
Elle veut mettre dans son lit tout ce qui a une zigounette et quelques poils autour. Or un soir, au lieu de passer une agréable soirée backstage avec tout le groupe de rock, elle va être offerte en sacrifice à Lucifer pour la réussite du groupe. Mais comme la petite maline avait menti lorsque les rockeurs lui avaient demandé si elle était vierge, le sacrifice ne va pas marcher comme prévu et elle va se transformer en super pétasse invincible qui tue les garçons sans même leur faire l’amour, la keunasse.

Chère Madame Fox,
Pourriez vous s’il vous plait m’accorder une interview au cour de la quelle nous ferons l’amour comme des bêtes endiablées, plusieurs fois.
Après nous passerons en revue vos films et je vous expliquerais un peu les bases de la comédie afin que vous utilisiez autres choses que vos paires pour faire des films.

Jennifer’s body : Attention je commence.
c’est un film qui doit sûrement respecter le cahier des charges dont le principal objectif était de faire de l’argent.
On joue sur trois tableaux, la comédie, l’horreur-épouvante, et le romantic teen movie avec des vrais morceaux de seins siliconés dedans, certains seraient foutus de m’appeler ça du socio-cul.
Alors la comédie : il y a pas mal de scènes plutôt rigolotes, dont une poignée qui ont déclenché un véritable sourir sur mon visage. Mais au final ça ne vol pas bien haut.
l’horreur épouvante, fichtre diantre, une succube dans le corps de megan fox, c’est sur ça fout les jetons. Après si tous les jeunes hommes finissent en steak tartare après chaque 5à7, la population mondiale serait vite divisée par 3. Si si par 3, les chiffres de l’Insee le prouve.
Ensuite pour ce qui du love teen movie, c’est encore plus chiant qu’un film érotico-carré rose produit par M6. Bobette est amoureux de son bobinoux mais elle ne sait pas si elle est prête et puis d’un autre coté, elle sait que si elle ne prends pas soin de lui, c’est Jennifer qui va le faire passer à la casserole (littéralement…)

Donc pour conclure, je dirais que ce film est écœurant. Un peu comme si on vous servait un boeuf carotte, une choucroute et un cassoulet, le tout dans la même assiette. C’est sur chaque plat parait appétissant pris à part mais mis en commun, les trois ensemble s’annulent et le mélange restant n’est un genre de dégueulasse mélasse.

Là je vais allé me faire une petite bouffe avant d’attaquer le prochain dévédé, j’ai un peu la dalle.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Corentino 95 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines