Magazine

Leica M9 : premier test, premières images

Publié le 03 octobre 2009 par Guillaume Buffet

Je suis passé aujourd'hui au tout nouveau Leica Shop de Paris ( 150 rue de la Pompe, dans le 16ème arrondissement). Tellement nouveau qu'il a en fait ouvert... ce matin 3 octobre, avec 48h de retard sur l'annonce !

Pas de surprise immense, si l'on connait déjà l'architecture des "premium resellers" de Leica. Malgré l'odeur de peinture fraîche, l'élégance est de mise. La discrétion aussi : impossible (pour me moment ?) de savoir de l'extérieur qu'il s'agit d'une boutique Leica. Sauf à mettre le nez sur la vitrine !

 

Leica-rue-de-la-pompe-paris

Accueil très chaleureux, voire attentionné (pour une fois dans le monde Leica !). Des réponses précises à mes questions. Et surtout la possibilité d'essayer calmement le nouveau Leica M9, avec mes optiques, et ma carte mémoire ! A peine rentré, j'ai donc chargé les images. En Jpeg, malheureusement, mais de quoi se faire une première impression sur ce nouvel opus de la série M.

Premières impressions

Je ne vais pas m'étendre sur le boîtier. Vous avez pu lire des comptes-rendus détaillés ici ou là. Comme cela a déjà pu être écrit, pas de surprise par rapport au M8. On oublie quasi instantanément qu'il ne s'agit pas du même boitier. Côté images en revanche, tout change. Comme annoncé.

Pour ceux qui auraient raté l'information (!) le Leica M9 est le plus petit boitier numérique "full frame" au monde (le capteur est un 24x36 plein format, passage de 10 à 18 MP à l'occasion, les photosites ayant exactement la même taille). Les images profitent donc du plein format des objectifs. Contrairement à la quasi totalité des boitiers actuels, hormis quelques rares reflex haut de gamme (Canon EOS 5 Mark II, ...). Lors de la sortie du M8, on nous avait expliqué qu'il était physiquement impossible de proposer un boitier full frame pour les Leica M, les rayons lumineux arrivant avec un angle trop important sur les bords du capteur. Au premier essai, on se dit donc que la qualité "sur les bords" (au delà du format M8) risque d'être décevante.

Je monte donc mon 21mm 2.8. Première image...

 

Leica-m8-leica-m9
 

Pas besoin de longues analyse : aucun vignettage visible. Sans même identifier mon optique (la partie logicielle du M9 corrige les éventuels défauts spécifiques à optiques Leica), l'image est parfaite : aucune différence de luminosité de part et d'autre de la limite (virtuelle, j'ai moi même ajouté le cadre du M8) de l'ancien boitier.

Cette première image est aussi l'occasion - une fois de plus - de tester la capacité de ces boitiers d'exception (associés à leurs optiques) à "encaisser" des différences de luminosité très élevées : on conserve les détails de la housse qui est pourtant dans la pénombre, alors que l'immeuble d'en face, en plein soleil, est parfaitement défini lui aussi.

 

Leica-m9-contrate

Malgré les contrastes très élevés, la définition du dos de ce boitier noir reste parfaite.

 

M9-contraste-detail
 

Dans ses moindres détails.

Et avec Voigtlander ?

Je décide d'aller plus loin voir ce que ce M9 a dans le ventre. Dans les pixels plutôt. Je troque mon 21mm par un objectif Voigtlander 15mm. Le nouveau boitier va-t il accepter ce format, sans correction aucune encore une fois ?

 

Leica_m9-voigtlander-15mm

Première impression : la mise en garde des revendeurs parisiens de Leica - qui n'avaient pas encore fait le test - est erronée : non on ne voit pas un "rond au milieu de l'image". Celle-ci est même tout à fait convaincante, pour une optique à moins de 500€, encore une fois sans aucune correction logicielle, que ce soit au niveau du boitier ou sur mon mac.

A y regarder de plus près, le vignettage est nettement présent sur l'image ci-dessous (le climatiseur du plafond de la boutique qui a le mérite de proposer une sorte de "gris neutre"). Tout cela reste cependant tout à fait acceptable de mon point de vue avec une telle optique. Reste à savoir si l'on pourra à terme "corriger" des optiques autres que Leica en entrant un code, comme c'est déjà le cas pour toutes les optiques de la marque, soit automatiquement par reconnaissance du codage 6bits des optiques, soit en sélectionnant son optique via le menu du boitier.

 

Climatiseur
 

Ce test rapide est donc particulièrement convaincant. Reste à sortir les ... 5 500 € TTC du boitier nu. Et ça, c'est une autre histoire.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par lolo
posté le 09 octobre à 23:15
Signaler un abus

Essaye de le déclarer : Wate 16 !

A propos de l’auteur


Guillaume Buffet 3 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte