Magazine Cinéma

Trauma

Publié le 05 octobre 2009 par Olivier Walmacq

Trauma

genre: horreur (interdit aux - 16 ans)
année: 1994
durée: 1h45

l'histoire: Aura, une jeune femme anorexique de 16 ans, s'évade d'un hôpital psychiatrique et rencontre David. Elle est ramenée à ses parents, qui sont décapités le soir de ses retrouvailles. Aidée par David, elle mène l'enquête sur l'assassin mais celui-ci continue de tuer tous les témoins d'un drame qui s'était déroulé des années plus tôt.

la critique de Eelsoliver:

Voilà le vrai film de malades par excellence, j'ai nommé Trauma, réalisé par Dario Argento, en 1994. Ce film d'horreur, à la limite du gore (le film est tout de même interdit aux - 16 ans), contient quelques scènes assez gratinées.
En effet, tous les meurtres semblent être liés à une jeune femme étrange, Aura, 16 ans et anorexique.

Un autre homme, plus vieux qu'elle, David, aide Aura à mener l'enquête sur ce qui la relie aux crimes abominables dans lesquels le tueur s'amuse à décapiter ses victimes.
De plus, la jeune femme a assisté à la mort de ses parents: elle n'a pas vu le visage du psychopathe mais elle a vu ou tout du moins, elle croit avoir vu le meurtrier tenir les deux têtes de ses parents.

L'intrigue nous dévoile alors le passé de la jeune femme, plus précisément de sa mère. Je n'en dévoilerai pas plus sur le scénario, mené habilement par un Dario Argento au sommet de son art.
Le réalisateur parvient à mettre en place une atmopshère de terreur et a le mérite de se concentrer sur ses personnages. L'enquête est toujours passionnante.

Impossible de décrocher une fois le film lancé, surtout que les premières minutes de Trauma commencent par un crime odieux et particulièrement sanglant.
Ce qui a le don de plonger tout de suite le spectateur dans une ambiance sordide et dans une sombre histoire familiale. Ce qui conduira le psychopathe à tomber dans une folie meurtrière.
Un tueur en série qui poursuit sa quête de vengeance et qui ne cessera de provoquer Aura, qui atterrira même à l'hôpital psychiatrique.
En résulte un film d'horreur austère, manipulant le spectateur sur diverses fausses pistes. Vraiment, Trauma s'impose comme une référence du genre.
Du grand, voire du très grand Dario Argento.

Note: 16.5/20


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines