Magazine Conso

l'évolution dans la distribution alimentaire

Publié le 04 octobre 2009 par Isegien
l'évolution dans la distribution alimentaire
Le monde de la distribution a connu de nombreux bouleversements depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Ainsi plusieurs nouveaux concepts sont peu à peu apparus jusqu'à devenir incontournables dans le circuit alimentaire.
La première innovation est le supermarché, apparu dans les années 30 aux USA, le concept repose sur la vente en libre service du plus grand nombre de produits alimentaires sous un même toit avec un paiement des marchandises en sortie de magasin par des caisses indifférenciées. La surface de vente est supérieure à une supérette classique (entre 400 et 2500 m2). Le premier supermarché apparaît en France en 1957. Un supermarché réalise les 2/3 de son chiffre d'affaires dans l'alimentaire.
La deuxième innovation est l'apparition de l'hypermarché (celui-ci est apparu en France en 1963), il est basé sur la vente de produits alimentaire et non alimentaires sous un même toit. Les hypermarchés sont implantés à la périphérie des villes et disposent de trés vastes espaces de stationnement (on considère que le consommateur vient en voiture). L'hypermarché recherche le prix "discount" en ne mettant pas de vendeur en rayon, en jouant sur les économies d'échelle. L'hypermarché a une surface minimale de 2500 m2, celle ci pouvant monter au delà des 10.000 m2 selon les magasins.
La troisième innovation fut l'apparition du hard discount. Ce concept est apparu en Allemagne par les frères Aldi. Le premier magasin a été ouvert en France en 1988. Le concept repose sur la vente de produits de base, essentiellement alimentaires, sous marque de distributeur exclusivement, ou presque, et dans une gamme de choix limitée à une ou deux références, au prix le plus bas. Pour parvenir à des prix bas, ces magasins sélectionnent astucieusement leurs fournisseurs, en évitant les marques, ne réalisent pas d'investissement dans l’aménagement du magasin, dans la présentation des produits et emploie un personnel en nombre réduit (qui travaille indifféremment entre les caisses et les rayons)
Deux nouveaux concepts se sont également développés récemment, les magasins de déstockage et l'e-commerce alimentaire. Les magasins de déstockage (ou solderies) sont souvent des hangars aménagés en zone alimentaire. Ici les produits sont présentés en vrac et varient souvent. Les clients scrutent alors les bonnes affaires en sélectionnant les produits les moins chers. Ces magasins disposent la plupart du temps de produits de marques à prix bradés, soit car la date de péremption est proche soit car le packaging a changé. Cette forme de distribution est de loin la moins chère dans le secteur de la distribution. Cependant elle reste marginale, tout d'abord car les solderies ne communiquent pas ( pour ne pas se froisser avec leurs fournisseurs) de plus l'afflux de produits se fait par le reliquat de production non vendable en magasin, ce qui empêche une production infinie... Dans le cas de l'e-commerce c'est la percée d'internet comme média de communication et la monétisation de ces services qui a peu à peu ouvert la voie. La sécurisation des moyens de paiements a permis de rendre crédible ce nouveau vecteur de distribution. Cependant plusieurs lacunes empêchent à ce canal de distribution de prospérer: qualité perfectible de la logistique; inadaptation du nombre de références aux besoins clients; fiabilité perfectible de préparation des colis; écart de prix élevés par rapport au magasin physique...
Alors aujourd'hui quel va être le prochain canal de distribution?
Dans une étude de précepta research en date de mai 2009
http://www.xerfi.fr/etudes/9DIS20.pdf
Les auteurs étudient l'évolution d'un secteur en difficulté, notamment à cause de la baisse de la consommation alimentaire: les hypermarchés sont pénalisés par leur taille, le choix d'implantation et les magasins spécialisés, le hard discount tirera profit de l'engouement pour les petits prix, mais subira la concurrence des solderies et des produits de premiers prix des grandes surfaces. Les superettes tirent avantage de la proximité, mais subissent la concurrence renforcée avec les grands distributeurs qui s'affirment sur ce segment (ex: carrefour market).
L'étude de Précepta met donc en lumière 3 axes de développement pour les distributeurs alimentaires dans le futur: -proximité
-low cost alimentaire-multicanal et e-commerce
(ex de multicanal: carrefour avec des hypermarchés, carrefour market pour les superettes de proximité et carrefour.fr pour l'e-commerce)
l'évolution dans la distribution alimentaire

Les supermarchés regroupent également la plupart des "hard-discount"; dans la catégorie divers ce sont notamment les chiffres de l'e-commerce qui sont affichés (qui compense la disparition d'autres formes de distribution), le commerce hors magasin regroupe de son côté les marchés et site de déstockage. Les magasins populaires sont aujourd'hui représentés par Monoprix, seule enseigne de magasin populaire restante.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Isegien 4 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines