Magazine Société

À la recherche de Laura May

Publié le 05 octobre 2009 par Raymondviger

Quand ma fille est arrivée au Québec, je l’ai inscrite à l’école publique. Laura était bonne à l’école et donc subissait parfois des gestes d’intimidation parcelauramay   qu’elle travaillait trop fort. On la traitait souvent nerd, on se moquait un peu de son accent et de son style. Comme j’étudiais moi aussi puisque mon diplôme d’ingénieure obtenu en Roumanie n’était pas valide ici, je n’avais pas beaucoup de temps pour elle. Malgré tout, Laura a bien fonctionné au début. Les problèmes ont commencé lorsqu’elle a essayé de se faire des amies, les siennes étant toutes restées en Roumanie. Elle imitait les comportements néfastes de jeunes filles autour d’elle ce qui lui a causé beaucoup de détresse psychologique.

Le début du secondaire a été difficile. Laura n’arrivait pas à s’adapter à ce système déstabilisant. Sans raison, elle a commencé en octobre 2007 de souffrir d’insomnie grave. Elle dormait seulement 3h par nuit et perdait son pouvoir de concentration. Rendu au mois de décembre, elle n’était plus du tout capable de se concentrer, alors j’ai demandé à la psychopédagogue de l’école de me recommander un hôpital où elle pourrait recevoir de l’aide. C’est là que nos problèmes ont commencé, parce qu’à l’hôpital on disait à ma fille qu’elle était en très bonne santé, alors qu’elle fonctionnait de moins en moins. On lui a même dit qu’il s’agissait d’un conflit entre elle et moi parce que nous avions des points de vue différents.

Il faut dire que son comportement s’est beaucoup dégradé lorsqu’elle a eu 14 ans, une travailleuse sociale a dit à ma fille qu’elle était libre de ses choix même si cela ne plaisait pas à ses parents. Ça a été difficile pour moi de l’accepter. Je suis convaincue que ce n’était pas de la mauvaise foi de la part de la travailleuse sociale, mais une méconnaissance de notre culture. Nous sommes beaucoup plus rigides et nous sommes aussi très croyants.

À l’école, ça allait de mal en pis. Ma fille a été à plusieurs reprises impertinente envers la direction, qui finalement a décidé de la transférer dans une école alternative, en février 2008. C’est selon moi ce qui a déclenché sa chute en centre jeunesse. Je n’ai appris que plus tard qu’on n’a pas le droit de faire déménager un enfant d’école parce qu’il a un trouble de comportement s’il n’est pas violent, ce qui n’était pas le cas de ma fille.

Dans sa nouvelle école, ma fille a fait la rencontre de jeunes associés aux gangs de rue. Elle est tombée amoureuse de l’un d’entre eux, mais ça s’est mal terminé. Finalement, une amie de son ancienne école a parlé de Laura à une psychopédagogue, qui a alerté la DPJ. Ma fille a alors été placée en centre jeunesse pour une période indéterminée.

Un cadre mal adapté

La plus grande difficulté en centre jeunesse était d’obtenir un soutien médical adéquat. L’ordonnance du juge précisait pourtant qu’elle devait être médicamentée et suivie par un psychologue. Malgré le professionnalisme du personnel, je pense qu’il y avait un manque de coordination crucial.

lauramay2
Nous avons aussi eu de la difficulté à nous entendre avec l’hôpital où était inscrite ma fille. Dans notre culture, les médecins sont respectés, mais ils doivent nous donner l’heure juste. Jamais on n’a pu dire à Laura ce qu’elle avait: on persistait à lui dire que tout allait bien, pour le moment du moins. Ma fille n’a jamais été clairement dirigée vers une certaine hygiène de vie, on ne lui a pas donné de plan de traitement et ça la rendait encore plus confuse. Après un an et demi nous n’avons pas un seul papier qui nous dise ce dont souffre Laura.

J’ai fêté le Nouvel an 2009 avec ma fille, à la maison. À un certain moment, Laura se sentait triste et s’est isolée dans sa chambre. Quand elle est retournée en centre, j’y ai trouvé une lettre très triste, qui parlait de rejet de d’atteindre sa destination finale. J’ai alerté le centre et l’hôpital, qui ont organisé une rencontre entre Laura et un psychiatre le 26 février. Ma fille est allée à la rencontre même si elle ne voulait plus les voir et a disparu juste après. Elle n’est revenue que le 26 mars.

On nous a convoquées pour la seconde fois à la cour des centres jeunesse le six mai et c’est seulement à ce moment-là que le juge a accepté que nous demandions un second avis médical. Il a précisé que Laura devait toutefois continuer à recevoir un suivi médical en attendant qu’elle ne soit prise en charge par un autre hôpital, en septembre 2009. Et malgré cette précision, dès qu’il a été question de changer de centre hospitalier, l’équipe qui traitait Laura a déclaré qu’elle ne s’occuperait plus de son cas. Une intervenante du centre nous a rassurées en promettant que ma fille pourrait voir un psychologue du centre et suivre des formations particulières, par exemple une qui traiterait de l’estime de soi. Ils étaient supposés offrir ce cours en mai, mais il a finalement dû attendre en août. Et après deux cours, la formation a été abandonnée, faute de ressources. Donc pendant ce temps elle restait sans assistance psychologique ou psychiatrique, même si elle me disait souvent qu’elle n’était pas heureuse.

Je suis convaincue que les intervenants des centres jeunesse font de leur mieux, mais ce n’est pas le milieu idéal pour quelqu’un de fragile. Par exemple, la chambre de Laura au centre faisait peut-être 1,80 mètre par 1,30 mètre, sans fenêtre. Elle se sentait comme en prison.

La goutte qui a fait déborder le vase était la réunion que nous avons eue ma fille et moi avec les intervenants de la DPJ et du centre le 11 septembre dernier. Depuis janvier, j’avais réalisé que le centre jeunesse avait beaucoup aidé à arrêter Laura quand elle était en chute libre, mais qu’il ne convenait plus à sa condition. Elle voulait à tout prix se lier d’amitié avec les filles qu’elle côtoyait et semblait prête à tout pour se faire accepter d’elles. Son père croyait qu’elle devait demeurer malgré tout au centre, tant et aussi longtemps qu’elle ne serait pas rétablie. Mais il a changé d’avis au mois d’août et a accepté que je demande son retour à la maison lors de la réunion du 11 septembre.

Ma fille avait manifesté beaucoup de détresse dans les dernières trois semaines précédant cette rencontre. Et deux semaines avant le 11 septembre, trois filles de son groupe se sont enfuies. Les éducatrices du centre m’ont informée du fait que ces filles avaient demandé à Laura de fuir avec elles. Mais Laura avait refusé à l’époque parce qu’elle savait que nous voulions la ramener à la maison.

Malheureusement, tout ne s’est pas passé comme prévu. À la réunion, les intervenants ont évoqué plusieurs raisons en grande partie justifiées pour lesquelles Laura ne pouvait sortir tout de suite du centre. Cette décision a été un choc pour ma fille, d’autant plus qu’on ne pouvait lui dire quand elle pourrait espérer retourner à la maison. Le lendemain, elle s’est enfuie, laissant derrière elle une lettre où elle parle de danseuses, une fille qui voulait être bien mais est tombée dans un bar dont elle voulait partir.

Depuis, je n’ai pas de nouvelles d’elle et la seule trace que nous avions ne nous a pas fourni plus d’indices. Le grand danger dans tout ça c’est qu’elle est très fragile.

Des centres jeunesses plus sensibles aux troubles psychiatriques

J’ai rencontré plusieurs personnes extraordinaires au centre jeunesse où Laura a été placée. Mais il y a place à l’amélioration. J’aurais espéré dans un premier temps que le programme offert soit plus adapté à chaque problématique et plus compréhensif. Par exemple, pendant l’été, ma fille et les autres jeunes n’ont accès à aucune colonie de vacances. Ils se sont ennuyés royalement!

Je m’attendais aussi à ce que le centre prenne le volet médical au sérieux, mais ça n’a pas été le cas. Et s’il se veut un modèle pour les jeunes, il devrait respecter les échéanciers fixés, c’est très important. Nous avons aussi eu plusieurs problèmes de communication à cause de notre différence culturelle. Par exemple, lorsque Laura revenait à la maison, on lui donnait des poignées de préservatifs comme ça, tout simplement. Je sais qu’au Québec on est beaucoup plus ouverts à ce genre de chose. Mais en Roumanie, on n’offre jamais des trucs comme ça sans discuter avec le jeune, sans lui dire que l’amour se fait en conjonction avec un partenariat de longue durée, avec le mariage. Ce n’est pas par mauvaise intention, mais ça nuit beaucoup.

En dernier lieu, je crois que les centres jeunesse ne devraient surtout pas créer de fossé entre les parents et leurs enfants. L’idéal serait de déléguer des tâches aux parents. Je crois que la présence du parent au centre est nécessaire. Il doit participer à des activités, rester là-bas pendant une journée, accompagner son enfant et comme ça, la transition vers le retour à la maison est plus douce. Dans notre cas, ce qui s’est passé c’est qu’ils ont dit à Laura: « Si tu ne veux pas retourner chez ta mère, à 18 ans tu auras droit à un appartement ». Encore une fois, s’ils avaient tenu compte de notre différence culturelle, ils auraient agi différemment. Parce qu’en Roumanie, on ne quitte pas ses parents sans s’être mariés, c’est une question de croyances.

Messages pour Laura

Mme May nous a demandé de diffuser les messages suivants, au cas où ils parviendraient aux oreilles de Laura

Je t’aime Laura, ta place est chez nous. Tu dois revenir vers une vie dans la lumière et vers un vrai amour. Je ne te juge pas et ton ami est le bienvenu. Si tu crois en Dieu, reviens chez toi.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Les lampes en porcelaine de Laura Pregger

    lampes porcelaine Laura Pregger

    Porcelain Lamp Design : Laura Pregger A la fois simple et tout à fait neuf : des lampes et suspensions en porcelaine de la designer suisse Laura Pregger. Un... Lire la suite

    Par  Pop
    CONSO, DÉCORATION, DESIGN ET ARCHITECTURE
  • On a testé ... Laura Izibor

    testé Laura Izibor

    Pour un coup que j’allume la télé et que je ne tombe pas sur « star’shit co », j’ai eu droit à une superbe surprise hier devant « taratata ».Laura Izibor,... Lire la suite

    Par  Livranildo
    CULTURE
  • May the Fourth Be With You!

    Un garçonnet et son père se sont présentés au CPE aujourd’hui munis d’un vrai faux sabre laser. Je ne comprenais pas l’allusion jusqu’à ce que je lise ceci. Si... Lire la suite

    Par  Blogueusecornue
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • I love london in may!

    love london may!

    CLICK TO ENLARGE PICTURES Lire la suite

    Par  Series
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Les fabuleux cookies de Laura Todd

    fabuleux cookies Laura Todd

    Le dimanche est pour moi le meilleur jour pour cuisiner. Sans stress, et en plus cela me permet d'apporter tout cela au bureau pour mes plus grands testeurs :... Lire la suite

    Par  Anlorette
    CÔTÉ FEMMES, CUISINE, RECETTES, RECETTES SUCRÉES
  • Laura Todd et ses cookies chez moi !

    Après la quête du brownie parfait (pas encore trouvé à l'heure actuelle), du cheesecake aussi bon que celui dégusté un jour à Bruxelles, me voici partie à la... Lire la suite

    Par  Chocoladdict
    CUISINE, RECETTES, RECETTES SUCRÉES
  • Dada Life "May Mix"

    Dada Life "May Mix"

    Comme Don Rimini, Dada Life livre chaque mois sa mixtape. Ok avril est resté vide, le duo suédois étant certainement trop occupé à produire l'album et des remix... Lire la suite

    Par  Kanthos
    CULTURE, MUSIQUE

A propos de l’auteur


Raymondviger 8607 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine