Magazine Cuisine

Un repas-dégustation phénoménal

Par Daniel Sériot

Voici quelques informations qui m’ont été communiquées par Laurent, quant à la préparation des vins blancs : La coulée de Serrant a été ouverte lundi matin puis carafée mardi soir, amenée et servie dans la même carafe.

Les autres vins blancs ont été ouverts le mardi soir et dégustés (pas d'oxydation ouf!!).Ils sont tous mis en carafe le mercredi midi puis remis en bouteille à 18 heures pour les commodités du transport puis à nouveau carafés à mon arrivée au Château vers 19 heures et mis en chambre froide vers 20 heures.

Les deux vins commentés signent bien à très bien leur terroir, le deuxième vin est tout simplement époustouflant avec une puissance tant aromatique que structurelle impressionnante, et une minéralité éblouissante en finale…

Bourgogne : Montrachet : Remoissenet 1999

La robe de couleur jaune plutôt claire est brillante, l’olfaction fait apparaître de façon un peu réservée des arômes de grillé qui font place après une longue aération à des parfums de citron (en zest), de fleurs de genets, et des notes de fruits blancs, la bouche est tendue ,assez dense dans sa constitution générale, plus en structure qu’en fruits un peu plus grasse en milieu de bouche, la finale est persistante, fraîche et d’une grande droiture, soulignée par des saveurs citronnées un peu épicées, saline ,même franchement pierreuse (roche écrasée). Noté 16,5+.

Un vin qui n’exprime pas aujourd’hui tout son potentiel.

Hermitage : Chapoutier l’Ermite (blanc) 1999

La robe est pleine avec une couleur dorée assez soutenue, le nez est intense, avec une palette aromatique d’école : amandes, fruits exotiques, herbes aromatiques, épices variées, et des notes de colle blanche, la bouche est puissante, d’une grande richesse, avecde superbes fruits très expressifs ( la pêche et des notes d’abricot s’ajoutant aux fruits exotiques ), le milieu est gras , charnu, volumineux et ample, la très longue finale est explosive par sa densité et son intensité, portée par une salinité impressionnante, qui ,associée à une acidité gustative sous jacente suffisante donne un bel équilibre au vin qui finit sur des amers nobles (amandes écrasées). Noté un presque19

Daniel


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines