Magazine Culture

Alondra bentley :: ashfield avenue

Publié le 06 octobre 2009 par Misterplum

ALONDRA BENTLEY :: ASHFIELD AVENUE
11+...
12+ Still Be There
13+ Of All Living Creatures, Why a Human Being?
14+ Meltdown
15+ Some Things of My Own
16+ Sunglasses
17+ Giants Are Windmills
18+ Sugarman
19+ I Feel Alive
10
+ Shine
11
+ The Petal House
12
+ Star for Mummy
Alondra Bentley
Ashfield Avenue [Absolute Beginners]
30 Mars 2009
Alondra Bentley est une anglo-espagnole de 26 ans, signée chez le petit label espagnol Absolute Beginners. Cette chanteuse et guitariste folk est pour l'instant très peu connue ; je l'ai découverte sur le blog With Music in My Mind, qui critique de nombreux albums folk. Ashfield Avenue est son tout premier disque, enregistré quatre ans après ses premiers concerts. J'ai lancé l'album, curieux et impatient : le premier morceau aux trois petits points (...), malgré son titre réducteur, m'a cloué le bec. On y découvre une voix d'une pureté inconcevable, d'une beauté à vous faire pleurer ; quelque part entre la douceur de Vashti Bunyan et la grâce de Joni Mitchell. On se laisse emporter au septième ciel par un chant divin, poétique et romantique. Quelques chansons sont plus amères (Still Be There, The Petal House, Star for Mummy), mais la plupart fleurissent gaiement, souriantes et guillerettes. Alondra Bentley joue constamment de la guitare, et ce de façon épurée : son picking rapide et enjoué résonne de tendresse. Elle ajoute à son exquise musique des touches de violon (pour les larmes) et de piano (pour danser), et de nombreux autres instruments (banjo, vibraphone, accordéon) ; le disque est un florilège de bonnes intentions. On entend également des chœurs éclater sur Of All Living Creatures, Why a Human Being?, la chanson (positivement) atypique de l'album et sur le plus éploré The Petal House, qui resplendit de mélancolie. Puisqu'une critique ne devrait pas seulement être un éloge d'aveugle, je dois tout de même déceler quelques défauts : je trouve Sugarman un peu trop naïf, et je trouve la voix de Gary Olson sur Meltdown un tantinet inappropriée au style. Entre folk américain et pop ensoleillée, l'album d'Alondra Bentley est un coup de foudre instantané. Sa somptueuse voix est son atout principal, mais Ashfield Avenue, varié et captivant, dégage tellement de sensibilité et de passion qu'il est (très) difficile de ne pas tomber sous le charme.
9/10


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Misterplum 5 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines