Magazine Animation

Lovely Complex

Par Jibouille

Alors que Koizumi est une jeune fille qui se trouve trop grande, Otani élève dans la même classe, est un garçon qui a le problème inverse. Ce complexe vis-à-vis de leur taille et les importantes similitudes qu’ils ont en commun leur permettront de devenir ami. Étant donné que chacun d’eux cherche l’amour, ils décident de s’entraider pour que tout les deux trouvent leur âme sœur. Après un premier essai qui se conclut par un échec, ils se lancent le pari de trouver la personne de leur vie avant l’autre. S’en suit alors une course à l’amour où larmes et rires se succéderont à tour de rôle. Même si cette quête leur semble difficile à réussir, il semblerait cependant que ce qu’ils recherchent tant soit plus proche d’eux qu’ils ne le pensent…

lovely complex

En lisant le résumé, on devine une idée originale et des situations comiques en perspective. Néanmoins, la durée de l’animé est une inquiétude car 24 épisodes pour une histoire à priori limitée, celà semblait long.

L’histoire est donc originale pour 2 raisons. D’abord pour de complexe de la taille, de plus en plus présent dans la société nippone. Personnellement, je n’avais jamais de séries traitant de ce problème de société même si dans le fond, c’est une vision caricaturale. Ensuite, ce n’est plus le garcon qui court après sa bien-amée, c’est la bien-aimé. Le chassé devient le chasseur ^^. Là aussi, il y a peu d’animés où la demoiselle doit conquérir le prince charmant. Ces 2 points sont assez originaux pour être soulignés et font que Lovely Complex a pu sortir de la masse. Mais tout n’est pas excellent à l’image d’une fin trop classique et sans relief. Je veux dire que malgré une bonne idée générale, la fin ne colle pas vraiment. Bon, elle ne m’a pas surpris outre mesure mais j’avoue avoir espéré un petit miracle, qui n’a pas eu lieu.

Les personnages ne sont pas extraordinaires. Je veux dire que nos 2 héros sont censés souffrir de leur taille mais j’ai trouvé qu’ils vivaient leurs complexes assez bien finalement. Leur différence n’est jamais le vrai problème puisque Ootani le dit lui-même (“le problème n’est pas sa taille mais je ne la vois que comme une amie”). Le titre et le sujet de l’animé n’ont plus de raison d’être. De plus, notre duo de comiques finit par devenir caricatural et assez plat alors qu’il faisait le charme de la série au début. Les autres personnages auraient pu être vraiment très bons mais leur sous-emploi les empéchent d’exploser vraiment. Je pense à Nobuko ou Seiko par exemple. Nabuko commence à s’affirmer à la fin mais pas suffisamment. Tout le monde est trop gentil alors que l’on s’attend à quelques moqueries (même gentilles). Un point décevant même si certains m’ont fait beaucoup rire.

Lovely Complex ne se prend pas au sérieux et c’est ce qui fait sa force. Dans le role du divertissement amoureux, le contrat est très largement rempli. La preuve est que j’ai terminé la série bien rapidement, ce qui ne m’était pas arrivé depuis longtemps.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jibouille 319 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog