Magazine Culture

Cornaline

Par Mafalda

La vieille fermière, au moment de se mette au lit, s'avisa tout à coup d'aller jeter un coup d'oeil au fromage blanc qui s'égouttait dans la laiterie.
Ce fromage, la vieille femme le destinait au Roi, rien que cela, au Roi, maître de toute la contrée, à la bienveillance duquel elle devait sa ferme, louée et jamais payée, au Roi, gourmet fameux et grand mangeur.
Elle alluma, non pas une allumette, parce qu'à cette époque cette invention n'existait pas encore, mais une brindille de paille aux bûches qui se consumaient.
Quand la paille flamba, elle ouvrit sa lanterne, alluma la chandelle, referma la plaque de verre et s'apprêta à sortir.
Mais à peine la bonne femme fut-elle sur le seuil, qu'un coup de vent caché derrière la maison -ffutt- lui fit cette farce de souffler la lumière. La vieille avare grommela, mais pas longtemps, car elle vit qu'il faisait un admirable clair de lune, et elle songea qu'elle avait failli brûler sa chandelle mal à propos, ce qu'elle se reprocha, regrettant presque peut-être même au fond le brin de paille qu'elle avait inutilement employé.
Elle posa sa lanterne sur un coin de la table et clopin-clopant, cliqueti-cliquetot, à la cadence des sabots, se rendit à la baraque sordide décorée du beau nom du nom frais et joli de laiterie.
Cric-croc, la serrure cria. Croyez-vous que la vieille gâchait son huile à la graisser ? Elle entra.
Le fromage blanc s'étalait sur un lit de paille fraîche, ou mieux se tenait ferme et rond, appétissant, blanc comme la lune blanche au ciel sombre, et la vieille regretta- que voulez-vous, à son âge on a tant de choses à regretter !- que ce fromage ne fût point pour le marché prochain où, pour le moins, il eût été payé six sols, par une châtelaine, six sols à mettre au vieux bas de laine. Mais enfin il était promis, et promis à qui ? Au Roi, mes amis, en paiement d'un loyer de ferme d'au moins six écus.
Croc-croc, à double tour, la vieille femme referma la porte, retira soigneusement la clef et, clopant-clopin, cliquetot-cliqueti, à la cadence de ses sabots, regagna la chaumière sans voir, la bonne vieille, qu'elle avait enfermé le loup en la bergerie : un chat noir rôdeur et voleur et curieux et clair rayon de lune.
Le rayon de lune se posa doucement en rond sur la planche, comme une tache blanche à côté du fromage, et se mit à marcher, à glisser plutôt, lentement, lentement du côté de son voisin.
Le chat noir aussi s'avança lentement du côté du fromage, mais plus vite cependant que le rayon de lune, avec des pas menus, et l'on devinait sous la moustache rude une petite langue rose déjà en fête.
Ce fut l'affaire d'un instant. Et sur la planche il ne resta plus qu'une tache blanche, le rayon de lune, et une tache noire, le chat satisfait, couché en rond et faisant ronron. Le fromage était mangé.
Or le soleil n'était pas encore levé quand la vieille - à son âge on n'a plus de sommeil - alla secouer la petite fille en son lit. Car j'avais oublié de vous dire ce détail : la vieille fermière avait auprès d'elle, pur servante et souffre-douleur, une gentille petite fille, égarée sans doute dans les bois par de méchants bohémiens et qu'elle avait recueillie par intérêt en sa masure.
La fillette eut du mal à s'éveiller et, quand elle fut debout, la vieille lui cira :


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mafalda 130 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines