Magazine Culture

Menaces de grève des scénaristes : la télé américaine en tremble

Publié le 31 octobre 2007 par Nick

HouseNous sommes le 31 octobre et si je ne me trompe pas, Halloween, c’est bien aujourd’hui, ce qui, avouons-le, est de plus en plus difficile à percevoir ici en France vu que l’effet de mode apparu subitement il y a une dizaine d’années s’estompe un peu plus chaque année. Seules les séries US (ainsi que quelques soirées à thème dans la boîte du coin et le passage de quelques bambins profitant de l’occasion pour s’adonner à de joyeuses “parties de sonnettes”) avec leurs épisodes consacrées à la fête sont là pour nous rappeler que c’est aujourd’hui le jour des visages découpés dans les citrouilles, des fantômes, des sorcières et des “trick or treat”, bref le jour où on s’amuse à se faire peur chez nos cousins d’outre-atlantique.

Et justement en parlant de peur -et j’en viens au fait de cet article après cette petite digression- la pire est sans doute celle que les scénaristes de Hollywood sont en train de provoquer chez les producteurs des studios, les diffuseurs et les téléspectateurs américains en menaçant de faire grève à partir de ce soir à minuit si on ne leur signe pas de nouveaux contrats leur garantissant une meilleur protection de leurs droits et quelques avantages financiers : ils réclament une réévaluation du pourcentage de leurs droits d’auteur sur les vidéos et l’extension des tarifs syndicaux et avantages sociaux aux programmes de la télé-réalité, ainsi qu’aux oeuvres distribuées sur l’Internet. Mais les studios résistent. Patric Verrone, le président de la Writers Guild of America (le syndicat des scénaristes), étale clairement les intentions des siens : “Nous voulons un contrat qui tienne compte du succès financier de cette industrie globale en pleine expansion.” A quelques heures de l’échéance, les scénaristes et les studios ont repris les négociations, et un médiateur mandaté par le gouvernement est entré en jeu pour éviter le pire, comme la grève de 1988 qui avait duré 22 semaines et coûté 500 millions de dollars aux studios. Les auteurs pourraient même être rejoint par les acteurs dont les contrats prennent fin le 30 juin 2008 et qui partagent certaines de leurs revendications comme au sujet du web.

Quelles conséquences sur la programmation ?

Si grève il y a, les projection des films et les diffusions des séries seront bien évidemment touchées. Pour le cinéma, les tournages se faisant longtemps à l’avance, cela est moins problématique, du moins dans l’immédiat. En revanche, la télévision serait bien plus affectée étant donné le faible délai existant entre la production et la diffusion télé. Les premiers à en faire les frais seraient les daytime soaps (Les Feux de l’amour, General Hospital, etc.) et les émissions de talk-show du soir (Late Show de David Letterman, Tonight Show de Jay Leno, etc.) qui travaillent au jour le jour. Eh bien oui, il n’y aurait plus personne pour écrire le monologue d’intro de David Letterman et ses confrères, plus de blagues sur Britney, Lindsay et Paris ponctués par des jolis coups de cymbales.

Mais si la grève survient, qu’en est-il des séries de prime-time, celles qui nous intéressent en premier lieu ? Pas de grandes répercussions dans un premier temps : les principaux networks possèdent en général quatre à cinq épisodes de chaque série déjà tournés et la plupart d’entre elles ont entre un et cinq scripts sous le coude, prêt à être mis en images (encore que sur ce dernier point, si les acteurs sont d’accord pour tourner ces épisodes, il faut noter que les scénaristes ne seront pas là pour s’adonner à des travaux de réécriture de dernière minute et corriger quelques détails basés sur les remarques des chaînes).

Le vrai impact se fera sentir vers la mi-janvier lorsque les chaînes n’auront plus d’épisodes inédits à proposer pour les séries qui ont démarré cet automne (comme Grey’s Anatomy, Desperate Housewives, Heroes, Les Experts, House, Private Practice, etc.). Rediffusions, télé-réalité, émissions d’actualité et jeux pourraient alors remplir les trous. Ce serait également le moment pour les séries de mi-saison de sortir du trou. Voyons les quelques possibilités de programmation chaîne par chaîne :

ABC : La saison 4 de Lost, les saisons 2 de Notes From Underbelly et October Road et les nouveautés, Cashmere Mafia, Eli Stone et Miss/Guided. Ajouter à cela les nouvelles sessions de Dancing With The Stars et son spin-off Dance War, The Bachelor, ainsi que Supernanny et Wife Swap.

CBS : Le retour de la sitcom New Adventures of Old Christine, les sept épisodes de Jericho et deux nouveautés : The Captain et Swingtown. La suite de l’émission de real tv The Amazing Race, la nouvelle session de Survivor, et des jeux comme Power of 10 et Password.

NBC : Les nouvelles saisons de New York Police Judiciaire et Medium, une nouveauté avec Lipstick Jungle, et de la télé-réalité avec Celebrity Apprentice et The Biggest Loser. NBC pourrait accueillir éventuellement des rediffusions de séries diffusées sur USA Network, une chaine appartenant à NBC Universal, telles que New York Section Criminelle, Monk ou Psych.

FOX : Avec son émission reine American Idol et le début de la 7ème saison de 24h Chrono, le network est celle qui s’en sortirait sans doute le mieux, d’autant qu’elle programme moins de séries parmi les quatre gros depuis le début de saison. Pas mal de nouveautés également avec New Amsterdam, The Sarah Connor Chronicles, Canterbury’s Law et la comédie The Return of Jezebel James. Les séries d’animation, comme Les Simpson, sont produites longtemps à l’avance. Une autre nouveauté concernant la real tv : Lie Detector.

The CW : La nouvelle saison des Frères Scott et la suite de Toute le monde déteste Chris qui a déjà mis en boîte ses 22 épisodes. La plupart des sitcoms de la chaîne sont déjà bien avancées dans leur production. Des nouvelles émissions de real tv : Crowned et Farmer Wants a Wife, et le retour de Top Model, Pussycat Dolls et Beauty and The Geek.

Private Practice
Ces dernières semaines, on ne compte plus les heures supplémentaires du côté des scénaristes, acteurs et équipes techniques pour boucler un maximum d’épisodes. Produire plus pour diffuser plus, certes, mais produire plus pour pouvoir boucler à temps certaines intrigues ou “bricoler” un gros cliffhanger avant un possible black-out en ce qui concerne les séries ayant débuté lors de la rentrée. Bryan Fuller s’est par exemple démené pour boucler le 9ème épisode de Pushing Daisies qui termine l’arc d’un personnage majeur. Du côté de Prison Break, les 13 épisodes de la première partie de saison sont écrits, ce qui fait dire au producteur Matt Olmstead, qu’au pire, ils pourront utiliser le cliffhanger de mi-saison en guise de season finale.

Les nouvelles saisons très attendues de Lost et 24h Chrono ne seraient pas épargnés par la grève, malgré leur lancement programmée seulement pour cet hiver. Seuls 8 des 16 épisodes de la saison 4 de Lost pourraient être programmés mais ABC n’attendrait pas les huit autres pour commencer la diffusion. “Il vaux mieux une saison que pas de saison du tout,” déclare l’un des dirigeants de la chaîne.

L’une des autres conséquences de la possible grève est qu’elle pourrait mettre pour de bon au placard certaines séries qui ne marchent pas à l’instar de Cavemen sur ABC, K-Ville sur la FOX ou Life is Wild sur la CW. On voit mal en effet comme le public pourrait y adhérer à la suite d’un long break quand ce n’est déjà pas le cas depui fin septembre. D’un autre côté, sans la menace de la grève, une série comme Cavemen aurait peut-être déjà été annulée si les chaînes n’étaient pas dans le besoin de stocker des épisodes, et dans le même esprit, jamais October Road n’aurait obtenu de 2ème saison, car l’annonce d’une possible grève ne date pas d’hier. Pour les networks, il est important de diffuser des programmes frais à l’antenne même si les audiences ne sont pas au rendez-vous.

Quid enfin de la future saison 2008/2009 ? Si la grève se prolonge, il y a aura de gros problèmes de délais pour la production des nouveaux pilotes. De nombreuses nouveautés en sont au stade du pitch, les script n’ont pour la plupart pas encore été ficelés. C’est tout le calendrier qui risque de s’en retrouver bouleversé : du tournage de fin d’hiver-début printemps jusqu’à la traditionnelle présentation des nouveautés au cours des Upfronts de mai.

Même si les choses semblent un peu mal engagées aux dernières nouvelles, avec un peu de chance, les chaînes et les fans de séries s’en tireront peut-être avec plus de peur que de mal. Wait & See…

(sources : Le Monde, Variety, USA Today)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :