Magazine France

Salaire de Sarkozy: ce que les députés en disent

Publié le 01 novembre 2007 par Willy

A la quasi unanimité des votants, les députés ont adopté mardi l'augmentation de 140 % du salaire du Président. Mais des votants seulement, les élus socialistes ayant déserté les bancs de l'Hémicycle. Il fallait être dans les couloirs de l'Assemblée pour recueillir les impressions des députés de tout bord:



D'environ 8 000 euros, la rémunération brute mensuelle du chef de l'Etat passe donc à 18 690 euros (près de 15 000 euros net). Soit très exactement au même niveau que le chef du gouvernement français, et pas très loin du Premier ministre britannique ou de la chancelière allemande. Aucune raison "qu'un président de la République soit payé au niveau d'un petit cadre moyen", justifie Pierre Lellouche, député UMP.

Pourfendeur de l'opacité des comptes élyséens depuis plusieurs années, René Dosière, député apparenté PS, dit aussi sa satisfaction de voir aujourd'hui une partie de son combat aboutir, preuve que "ça sert à quelque chose le travail parlementaire".

"C'est à la fois mal présenté et pas tout à fait opportun", pense pour sa part le député socialiste Jean-Christophe Cambadélis. Un avis partagé par la majorité de ses camarades.

"Je veux que la Cour des comptes puisse contrôler le Président"

De la Corse, où était organisé mercredi un conseil des ministres décentralisé, Nicolas Sarkozy a répondu lui-même aux critiques dont il savait qu'il allait immanquablement faire l'objet. C'est au nom de la "transparence" qu'il a demandé cette réforme:

"Toutes ces petites histoires où chacun faisait dans son coin c'est fini. (...) Je veux que ce soit une loi qui fixe la rémunération du président de la République. Ce n'est pas à moi de la fixer. (...) Je veux que la Cour des comptes puisse contrôler l'Elysée et le Président."

Egratignant au passage son prédécesseur, Nicolas Sarkozy a également fait savoir que le chef de l'Etat ne pourrait plus cumuler son salaire et ses retraites: "Moi je ne veux pas de ça. Je veux de la transparence. Je veux que les Français sachent."

Un argumentaire repris par Jérôme Chartier. Le député, spécialiste ès finances de l'UMP, a été dépêché devant les journalistes pour expliquer encore et encore la réforme, histoire qu'elle passe sans trop faire de vagues dans l'opinion. Il l'affirme: dorénavant, "le président de la République en exercice ne pourra toucher que sa rémunération de président de la République".

Des explications qui risquent toutefois de se révéler insuffisantes à l'heure où le Président demande des efforts aux Français pour relancer la croissance. D'autant plus qu'aucun transfert de dépenses à la charge de l'Elysée vers son compte personnel n'accompagne finalement cette augmentation de plus de 10 000 euros.

"Je serai le Président du pouvoir d'achat", avait assuré le candidat Sarkozy. Avait-il omis d'ajouter "pour moi"? Certains ne devraient pas tarder à lui rappeler qu'il a refusé de donner un coup de pouce au smic le 1er juillet dernier.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Willy 401 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte