Magazine Mode homme

Espoir et solitude au pavillon russe de Venise

Publié le 02 novembre 2007 par Aurialie

La biennale de Venise vit ses trois dernières semaines. Parmi les participants, la sempiternelle Sophie Calle représentait la France, tandis que la Russie avait envoyé des artistes utilisant pour la plupart les nouvelles technologies : le groupe AES+F (composé de Tatiana Arzamasova, Lev Evzovitch, Evgeny Sviatsky + Vladimir Fridkes), Andreï Bartenev, Arseny Mechtcheriakov, Julia Milner et Alexandr Ponomarev.

L'œuvre ci-dessus, intitulée Click I hope, est celle de Julia Milner, l'artiste la plus jeune de la délégation russe. Exposé sur la façade du pavillon russe, un écran fait défiler continuellement la phrase "J'espère" dans la langue des pays participant à l'événement vénitien (environ 50). Le visiteur, réel et virtuel, est invité à cliquer sur l'expression écrite dans sa langue, faisant alors augmenter ou diminuer le degré d'espoir dans le monde, car plus le mot est cliqué, plus il grossit. Sans surprise, c'est l'occurrence anglaise "I hope" qui a pour le moment était la plus souvent gratifiée d'un click de souris (281.730), les versions russe et française, à ce jour, ont respectivement 95.540 et 51.880 clicks.

Les expressions "Je crois" ou "Je souhaite" auraient pu être choisi, mais Julia Milner espère convier les participants virtuels du jeu à s'unir dans l'hypostase de "l'homme naturel". Pour l'artiste, son œuvre est démocratique et intemporelle : « j'ai juste fait les règles du jeu, j'ai offert un chevalet à un nombre important d'artistes potentiels. Pour l'essentiel, j'ai créé seulement la moitié de l'œuvre d'art, dans le future cette création continuera sans moi : tous les gens visitant le site web se sentiront comme les créateurs. Ils créeront un objet d'art, vivant et dynamique, en transformation permanente, et non pas statique et froid comme une photographie. La rivière de l'espoir coule et change, coulera et changera pendant dix ans, et théoriquement son mouvement ne cessera jamais. »

L'artiste Andreï Bartenev est venu présenter l'œuvre "Lost Connection" (des dizaines de globes enferment des cœurs) mettant en doute la valeur d'Internet comme moyen de lutter contre la solitude. Le groupe AES+F propose l'œuvre "la Dernière insurrection", une épopée cybernétique, "une bataille sans sang, ni douleur, de contact sans contact". Enfin, Alexandr Ponomarev et Arseny Mechtcheriakov, avec l'installation "Douche" (qui comprend des dizaines d'écrans retransmettant des émissions du monde entier) montrent qu'il ne reste chez la personne moderne que l'illusion de la liberté - changer les chaînes de télé.

О русских артистах в Венецианской биеннале

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Aurialie 79 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine