Magazine Politique

Tour de France 2008 : le parcours et son analyse (pas sanguine)

Publié le 31 octobre 2007 par Pierre

L'édition 2008 du Tour de France cyclisteest placée sous le double signe de l'audace, avec un parcours sacrément accidenté, et de la vigilance, avec de nouvelles mesures à l'encontre des tricheurs.

Un parcours 2008 difficile.

Tour de France 2008 : le parcours et son analyse (pas sanguine)
Première grosse surprise, l'absence de prologue. Les puristes diront qu' un Tour sans prologue, c'est comme une bière sans mousse, il manque le pétillement du départ. Peut-être mais voyez plutôt l'arrivée de la première étape à Plumelec, avec la spectaculaire côte de Cadoudal taillée pour les puncheurs.

Autre bonne surprise, l'arrivée rapide des coureurs dans le Massif Central et ses magnifiques paysages. Décidément, les sprinteurs aux grosses cuisses n'auront pas la partie facile !

Tour de France 2008 : le parcours et son analyse (pas sanguine)
A noter dans les Pyrénées, on s'en réjouit d'avance, l'arrivée de la 10eme étape à Hautacam, là même où en 1994, Miguel Indurain " vissa " à la grande surprise du peloton et fit exploser tous ses challengers ( Rominger dans les choux, Chiappucci malade...), à l'exception des Festina Luc Leblanc et de Richard Virenque.

Un regard général de ce Tour de France montre également moins de kilomètres en contre-la-montre, ce qui plaira aux grimpeurs, mais qui préserve toutefois les fameux " grands équilibres " si chers à Jean-Marie Leblanc.

Enfin, le tracé ignore totalement le Nord et l'Est de la France, qui n'auront pas la chance de voir passer les coureurs cette année ; il faudra prendre sa caravane...

Les dopés sous la menace...

Tour de France 2008 : le parcours et son analyse (pas sanguine)
Outre le fait que les organisateurs d' ASO, Patrice Clerc et Christian Prudhomme se réservent le droit d'inviter qui ils veulent (une pierre dans le jardin du Pro tour et de l'UCI ?), la grande surprise c'est surtout l'obligation pour tout coureur de présenter un passeport biologique à jour, sorte de déclinaison internationale du suivi longitudinal français. Les dopés (et leurs médecins dopeurs) voient ainsi la nasse se resserrer encore davantage, on ne pourra que s'en féliciter.

On notera qu'une fois encore, le cyclisme est à la pointe de la lutte anti-dopage tandis que d'autres sports et d'autres compétitions n'en sont seulement qu'à évoquer de possibles contrôles sanguins ! Oui, c'est vrai qu'il y a plus de dopés dans le cyclisme qu'ailleurs mais comment en serait-il autrement puisque c'est le sport qui fait le plus de contrôles ! C'est tout bêtement mathématique...

François


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pierre 381 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines