Magazine Environnement

Pétrole mon ami

Publié le 05 novembre 2007 par Cécile Charrier

Cette année pour la première fois, le premier fournisseur de pétrole des USA n'est plus l'Arabie Saoudite, mais le Canada.

Le Canada, un pays exportateur de pétrole ? Hé oui, depuis environ 1 an et demi, c'est la ruée vers l'or dans la forêt boréale de l'Alberta: les gisements de sables bitumeux, qui renferment du pétrole "lourd", deviennent rentables à exploiter avec la hausse du prix du baril.

Ces sables bitumeux ("oil sands" si vous voulez approfondir la recherche sur Google) sont des sols dont on peut extraire du pétrole, mais qui jusqu'à présent n'étaient pas exploités car il faut globalement un baril de pétrole pour en extraire deux. Or, au dessus de 25 dollars le baril, cette opération devient rentable. Et aujourd'hui le baril étant autour de 90 dollars, autant dire que c'est non seulement rentable mais très lucratif !

Toutes les grandes compagnies pétrolières sont soit déjà dans la place, soit ont fait des demandes de concession pour s'y installer. La ville principale connaît une explosion d'immigrants, et les salaires sont plus que motivants.

Oups, petit problème écologique: ces sables bitumeux sont enfouis entre 15 et 30 mètres sous terre, et au dessus il y a juste la deuxième plus grande forêt du monde, la forêt boréale canadienne. Boh, pas grave, on l'enlève ! On déboise donc à tour de tronçonneuse une forêt primaire, qui jusqu'à présent était complètement intacte car aucun être humain n'habite dans le coin. Des paysages lunaires, faits de carrières et de terrils, ainsi que des grands étangs d'eau inutilisable tellement elle est polluée remplacent la forêt.

Mais ouf, tout va bien, car les compagnies pétrolières se sont engagées à reconstituer la forêt boréale sur toutes les mines à ciel ouvert épuisées. Génial non ?

Le problème c'est que pour l'instant, seule une "forêt" test a été effectivement reconstituée, et que les spécialistes s'accordent pour dire que ces forêts reconstituées par l'homme ne pourront jamais ressembler aux forêts primaires qui étaient là, notamment les zones de tourbières qui mettent environ 1000 ans à se constituer. En plus, les rivières qui sont abondamment polluées par les rejets d'hydrocarbures ne pourront pas non plus se purifier en un clin d'oeil, et les dégâts sur la faune et la flore sont irréparables.

Sans parler de la pollution aérienne générée (un baril de pétrole est utilisé pour en extraire deux, je vous rappelle), tellement importante qu'une brume épaisse recouvre la zone, et que le Canada, malgré sa superficie, n'arrive pas à atteindre ses objectifs de réduction de CO2 signés à Kyoto. Ils devaient revenir au niveau d'émission de 91 et sont en fait à 25% de plus de ce qu'ils étaient lors de la signature, uniquement à cause des gisements de l'Alberta.

Bon voilà, le truc qui met de bonne humeur, mais c'est quand même important de le savoir. Les canadiens écolos se mobilisent, mais ces entreprises sont tellement puissantes, et les zones sont tellement loin de tout, qu'il est difficile de savoir ce qui se passe réellement au niveau des engagements annoncés...

Pour en savoir plus (c'est en anglais): www.oilsandswatch.org


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Manger moins de pétrole...

    Voici une animation réalisée par Molly Schwartz pour le compte de Video Nation / Hidden Driver qui présente le trajet parcouru et la consommation de pétrole... Lire la suite

    Par  Dimitri Boulze
    ENVIRONNEMENT, SCIENCE & VIE
  • La fin du pétrole... bénéfique ?

    C'est au cours d'une insomnie que j'ai été captivé par une émission sur TV5 Monde dont le thème était : la fin du pétrole... Quelles conséquences ? quelles... Lire la suite

    Par  Daniel Azarian
    ENVIRONNEMENT, SCIENCE & VIE
  • Offshore en Mer du Nord : du pétrole aux éoliennes

    Offshore Nord pétrole éoliennes

    La production du pétrole de la Mer du Nord, qui avait amorti les chocs des années 70, est sur la pente finale : en déclin depuis le début du nouveau siècle,... Lire la suite

    Par  Erwan Pianezza
    ENVIRONNEMENT, SCIENCE & VIE
  • Pétrole, on t’aimait bien

    Alors que la fièvre des 100$ le baril, qui il y a une semaine illuminait les lendemains du réveillon, s’estompe brutalement (variations de l’ordre de 7$ en une... Lire la suite

    Par  Erwan Pianezza
    ENVIRONNEMENT, SCIENCE & VIE
  • Pétrole : l’émotion et la pitié

    “Qui émeut vivement, excite une émotion intense, souvent pénible (douleur, pitié, horreur, terreur, tristesse“. Telle est la définition, selon Petit Robert, de... Lire la suite

    Par  Erwan Pianezza
    ENVIRONNEMENT, SCIENCE & VIE
  • L’avenir, selon les rois du pétrole

    Jeroen Van den Veer, patron de Shell, publiait le mois dernier une intéressante projection de possibles scénarios énergétiques à l’horizon 2100. Lire la suite

    Par  Erwan Pianezza
    ENVIRONNEMENT, SCIENCE & VIE
  • Pétrole : l’Alaska tribal se réveille

    Encouragé par l’engouement récent des USA pour la lutte contre le réchauffement climatique, une communauté indigène d’Alaska (le 49e état des USA) a décidé de... Lire la suite

    Par  Erwan Pianezza
    ENVIRONNEMENT, SCIENCE & VIE

A propos de l’auteur


Cécile Charrier 752 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog