Magazine

Pour changer des Martine

Publié le 05 novembre 2007 par Didier T.

Pour ma semaine de vacances, je n'ai emporté qu'un seul livre. J'avais prévu d'en prendre un autre mais dans la précipitation du départ je l'ai oublié dans mon appartement parisien et froid.
Je me suis donc concentrée sur Martin Page, On s'habitue aux fins du monde.
Martin Page est né, parait-il, en 1975. Cette année de naissance le classe parmi les jeunes auteurs français. Mais comme les catégories ne veulent rien dire en général, mieux vaut oublier immédiatement cette indélicatesse qui ne sert qu'à me donner tort (à moins que tord ça prenne un d ?) lorsque je dis que toute la jeune littérature française c'est du n'importe quoi, source de désenchantement permanent. En fait, je peux citer quelques exceptions.
N'empêche que ça commence comme beaucoup de mauvais romans. Je veux dire ça se passe à Paris. Et Elias, le personnage principal est producteur de cinéma chez Galaxie. Il a suivi de brillantes études de droit, une brillante carrière, a des amis branchés et riches et une petite amie blonde issue de la bourgeoisie du XVI ème arrondissement de Paris. Sauf que Clarisse est alcoolique et que, alcoolique, c'est une maladie, oui, une maladie, pas un truc sympathique et rock'n roll, qui fait de vous un être tellement cool et tellement borderline, et tellement cool, et tellement chic, et tellement fun, et tellement moderne, et tellement cool. Alcoolique, c'est une maladie qui nécessite de consulter un psychiatre, une maladie qui rend la vie de l'entourage juste impossible et pas glamour...du tout. Ecouter les délires de gens qui frôlent le coma éthylique, personnellement j'ai toujours jugé bon de ne pas tenter l'expérience en live. J'aime mieux les gens sobres. De toute façon, le roman est trop intelligent pour s'étendre sur l'alcool.
Le roman est sobre. Un petit bijou de finesse entre des situations impossibles rendues possibles, des moments dégoutants rendus poétiques, des passages effroyables sur la vie moderne et l'imbécilité des gens rendus drôles. Les personnages semblent faciles (le réalisateur diva excentrique, le patron tout puissant, les jeunes loups, l'un prêt à tout, l'autre prêt à moins, les copines belles et malheureuses, l'amie moins belle et tout aussi malheureuse, l'ami truand, la nouvelle petite amie écrivain, frappée mais hyper spirituelle) mais on les découvre attachants, on voudrait les connaître plus, mieux, on sent de la profondeur chez eux.
Bref, un roman sympa, publié au Dilettante et sorti en poche.
Un écrivain discret.-------------------------------------------------------------------------- Pourquoi les écrivains les plus sympas à lire sont toujours ceux qu'on entend le moins ?Publié par les diablotins

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • HOME et les documentaires à faire tourner

    HOME documentaires faire tourner

    Luc Besson s’en lave les mains de son “gratuit çà evitera la piraterie“. Lors de la conférence pour la sortie du film Home, aujourd’hui 5juin09, tout le monde... Lire la suite

    Par  Naya
    A CLASSER
  • Looking for Eric

    Il y a plusieurs semaines j’ai été invité à l’avant première (grâce à Jérome de cinefriends) du film de Kean LOACH « Lookink for Eric » et ce avant sa... Lire la suite

    Par  Aminou
    A CLASSER
  • Les pouces dans les bretelles

    pouces dans bretelles

    Je m'attarde rarement sur les débats politiques, qui au mieux m'ennuient, au pire m'exaspèrent. Ce soir, en dînant devant le débat sur les européennes, j'ai... Lire la suite

    Par  Irene
    A CLASSER
  • Evolution...

    Voyage en avion Année 1969 : A bord, on te donne à manger et on t'invite à boire ce que tu veux, le tout servi par de belles hôtesses de l'air et ton siège est... Lire la suite

    Par  Lesbottieres
    EN FRANCE , VOYAGES, A CLASSER
  • Paperback Hero

    Paperback Hero

    Une fois n'est pas coutume, je ne vais pas commencer la review par mon impression, mais par vous donner un aperçu de l'histoire, vous allez comprendre pourquoi. Lire la suite

    Par  Tequila49
    A CLASSER
  • The only way is up

    only

    Il suffit parfois de quelques notes de musique et d'un coup, d'un seul, je me retrouve à une époque formidable où les portables n'existaient pas et où pour me... Lire la suite

    Par  Angie21
    A CLASSER
  • 5 essentiels running à avoir dans votre sac de sport

    essentiels running avoir dans votre sport

    On ne m'arrête plus ! Après un souci de hanche, puis une mauvaise chute dans l'escalier (qui me vaut d'avoir maintenant un joli doigt de pied tout tordu :X ), j... Lire la suite

    Par  Charlottebardet
    CONSO

A propos de l’auteur


Didier T. 32 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog