Magazine

Petit centenaire avec toutes ses dents

Publié le 13 janvier 2010 par Martinpetit

Bonne fête au Devoir! 100 ans c’est fort, on s’entend!

Je suis abonné du Devoir depuis 6 ans environ, élevé avec La Presse, j’ai longtemps pensé que ce journal m’était intellectuellement inaccessible. Mais non, finalement, contrairement au gag de Lagacé, ça prend rarement un dictionnaire pour en tirer le bon jus.  Il y a de très grands joueurs dans cette équipe, Louis-Gilles Francoeur, Gil Courtemanche, Lise Payette, Odile Tremblay, Danielle Laurin et j’en passe.  Puisque le journal est petit, à peine 16 pages quotidiennement, c’est disons le, un concentré de talent inégalé.

Dans l’édition historique du week-end dernier Madame Bombardier faisait allusion encore et encore à l’anti-intellectualisme qui souffle contre le succès populaire du journal.  Haaaa si les québécois étaient plus érudits, le Devoir aurait un tirage cinq ou six fois plus grand, rêve t-on dans la tête de la chroniqueuse-qui-chauffe-un-pick-up-et-qui-passe-au-banquier. Et elle, serait ainsi comme la Richard Martineau du journal, l’intellectuelle qui signe des autographes (je viens de réaliser qu’elle doit déjà en signer un paquet…misère).

Mais dans la grande tourmente comptable des médias, de savoir Le Devoir aussi vigoureux après 100 ans me réjouit.  C’est un journal indépendant, et ça, l’indépendance, c’est très très très très rare au Québec!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Martinpetit 976 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte