Magazine Culture

Critiquer une oeuvre de l'imaginaire

Par Lesignet

'Avatar ? Un remake space-opera de Pocahontas !', 'Harry Potter ? L'éternelle histoire des bons contre les méchants, avec des baguettes magiques...', 'Twilight ? Un roman à l'eau de rose pour ados en pleine puberté, déguisé en histoire de vampire.'... Qui n'a pas entendu de telles critiques dans la bouche de critiques de cinéma, professeurs ou lecteurs ? Dans le bus, sur la toile, à la machine à café du bureau... les critiques se déchaînent. Si sur certains points ils font mouche, leurs critères de jugement sont-ils pour autant pertinents ?

avatar_wallpaper_1

Souvent considéré comme un genre léger ou de second ordre, l'imaginaire fait l'objet de critiques portant en général presque uniquement sur la qualité de ses intrigues. Beaucoup d'œuvre de l'imaginaire et, en particulier de la fantasy et la S-F sont ainsi taxées de clichés et accusées de diffuser des visions manichéennes (l'éternel combat du bien contre le mal...). Sans autre forme de procès, on les classe spontanément parmi les œuvres mineures et on réserve l'honneur de figurer au rang de la littérature sérieuse aux ouvrages plus proches de la réalité, telle que nous la connaissons.

Pourtant, je remarque que les critiques négligent souvent d'intégrer dans leur évaluation une caractéristique propre au genre pourtant essentielle à son appréciation : la crédibilité de l'univers ou du monde inventé. Car c'est bien là la condition première du succès d'une telle œuvre : sa capacité à transporter le lecteur (ou spectateur) dans un univers qui n'est pas le sien. Un tel pari n'est possible qu'à condition que la logique de l'auteur tienne la route et qu'on puisse croire, l'espace de quelques heures, en l'existence du monde qu'il décrit.

Si J.K. Rowling n'avait pas créé une véritable société de sorciers autour d'Harry Potter avec son histoire et ses mœurs, si Stephenie Meyer n'avait pas imaginé qu'un vampire puisse avoir un sens moral et développé sa vision du raisonnement de cette espèce à part, si James Cameron n'avait pas doté Pandora d'un principe de fonctionnement en réseau, il est fort à parier que ces univers n'auraient pas transporté les foules. Ça n'en fait peut-être pas des chefs d'œuvre, mais ça vaut la peine de le souligner.

Je pense donc, en ce qui me concerne, qu'une œuvre de l'imaginaire doit être jugée sur 2 plans : celui de l'intrigue elle-même et celui du décor. Et j'enrage de voir que ce second aspect est souvent totalement ignoré par les critiques et les médias en général. Je profite donc de ce blog pour proclamer mon avis sur la question ! :-)

Et vous, qu'en pensez-vous ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (2)

Par M.De
posté le 21 janvier à 21:43
Signaler un abus

J'en pense que les Na'vi ne sont pas crédibles et simplement destinés à attirer une public le plus large possible, au prix de l'incohérence :

Ressemblance artificielle avec les humains (quatre membres contre six pour la plupart des autres créatures), système de reproduction possible sans effeuillage (c'est ça aussi la magie du commerce) et pourtant attributs sexués (il faut exciter les ados avec l'héroïne bien née) présents.

On pourrait aussi parler de la crédibilité des lois physiques sur Pandora, mais je ne m'étendrai pas plus là dessus (elles changent vachement vite l'efficacité de leurs flèches, tout de même).

Je ne parlerai pas non plus de Twilight qui est de loin le pire film de cette décennie.

M.De, qui est par contre un amateur d'Harry Potter si des personnes se demandaient s'il aimait quelque chose.

Par M.De
posté le 21 janvier à 21:36
Signaler un abus

J'en pense que les Na'vi ne sont pas crédibles et simplement destinés à attirer une public le plus large possible, au prix de l'incohérence :

Ressemblance artificielle avec les humains (quatre membres contre six pour la plupart des autres créatures), système de reproduction possible sans effeuillage (c'est ça aussi la magie du commerce) et pourtant attributs sexués (il faut exciter les ados avec l'héroïne bien née) présents.

On pourrait aussi parler de la crédibilité des lois physiques sur Pandora, mais je ne m'étendrai pas plus là dessus (elles changent vachement vite l'efficacité de leurs flèches, tout de même).

Je ne parlerai pas non plus de Twilight qui est de loin le pire film de cette décennie.

M.De, qui est par contre un amateur d'Harry Potter si des personnes se demandaient s'il aimait quelque chose.

A propos de l’auteur


Lesignet 12 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines