Magazine

Elections régionales 2010 : sondages, ambiance et alsace

Publié le 13 janvier 2010 par Stb

Images Les élections régionales qui se tiendront dans moins d’une cinquantaine de jours font parler le microcosme. Elles font cependant moins frémir la population. Là est pourtant et même certainement la clé du scrutin.

Les observateurs politiques additionnent des chiffres et estiment déjà le devoir accompli lorsque le total ne dépasse pas les 100. À ce jour et bien que des personnes affirment avoir été sondées, aucun résultat n’est paru dans la presse. Mon amour de l’institution régionale me pousse aujourd’hui cependant à me pencher sur les données objectives.

En 2004, les résultats étaient les suivants :

1er Tour
Taux d'abstention :  40.42 %
 
Adrien Zeller (UMP-UDF)  34.07 %
Jacques Bigot (PS-Verts)  20.12 %
Patrick Binder (Front National)  18.58 %
Robert Spieler (Alsace d'abord)  9.42 %
Antoine Waechter (Ecologistes)  7.39 %
Alfred Wahl (PCF-PRG-MRC)  3.73 %
Patrick Merck (France d'en bas)  3.56 %
Françoise Ruch (LO-LCR)  3.03 %
Pascale Grauss (Parti Fédéraliste)  0.09 %

2ème tour
Taux d'abstention :  39.13 %
 
Adrien Zeller (UMP-UDF)  43.48 %
Jacques Bigot (PS-Verts)  34.57 %
Patrick Binder (Front National)  21.95 %

Si l’on épargne les municipales, vinrent ensuite les élections européennes avec les résultats majeurs que l’on connait :

J. Daul (Ump) 32,44 %
S. Bélier (Europe Ecologie) 16,88 %
C. Trautmann (Ps) 14,63 %
J.-F. Kahn (Modem) 9,78 %
B. Gollnisch (Fn) 8,11 %
A. Waechter (Mei) 5,85 %

À partir de là, jouer les prophètes s’avèrent délicat. On rappellera donc cependant que ces élections marqueront la rencontre d’un homme ( il n’y a à ce jour aucune femme tête de liste), d’une équipe, d’une dynamique, d’un programme avec le corps électoral.

Pour les 3 derniers points, ce seront les jours à venir qui permettront d’affiner l’analyse et de mesurer l’engouement initié sur le terrain.

Restent les hommes. Sauf surprise, le duel annoncé. Celui-ci permettra à Philippe Richert de se mesurer à Jacques Bigot et au vainqueur de mener le chantier important qui est celui  à la fois de braver la crise économique et de remodeler le paysage institutionnel alsacien.
Mais par delà tout cela, différents facteurs vont influencer les élections, dont la situation sociale et économique de la région (avec les chutes de revenus des premières victimes de la crise), l’impact de l’insécurité (qui reste une réalité). Enfin, les vraies forces en présence et le poids du national.

Si l’on doit prendre en compte tous les paramètres, on attendra donc, tout en tenant compte de l’histoire politique de l’Alsace.  Un point cependant fera la différence : l’abstentionnisme !

En 2004, l’abstention était de l’ordre de 40 % soit 2 électeurs sur 5. Cela peut faire tout blancer dans un sens comme dans l’autre.

Qui sera en 2010 dans le camp de l’abstention, de qui sera-t-il composé. D’une analyse sociologique des abstentionnistes du premier tour, on tiendra une explication des scores et les clés du second.
Voilà autant de raison pour savoir aujourd’hui mobiliser d’abord son camp, mais tout son camp.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Stb 215 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte