Magazine Humeur

Nouvelle vie

Publié le 13 janvier 2010 par La Bienveillante @Ema_Dellorto

Je voyage. En France. D'un Kyriad à l'autre. Mes tickets restaurant m'autorisent des orgies aux buffets des gares, reste à choisir entre Chez Paul, Pomme de Pain et autres raffinements. Je découvre.

Qui sait la majesté de la cathédrale de Beauvais ? Les hôtels particuliers et manoirs en plein centre d'Epernay ? L'incongruité de la vigneaux abords de la ville y entourant les HLM ?

Qui goûte avec plus de rancœur aux différentes péripéties d'un voyage français ? Aux allers-retour à Roissy dans la soirée lorsque la neige se mêle d'annuler votre vol ? Aux grèves non consignées dans l'actualité qui animent les villes de Province et rallongent votre périple, inopinément. 

Vous apprenez à prendre d'assaut le bar du TGV au moindre retard, deux heures avant l'heure de manger, pour ne pas dîner d'un paquet de M&M's ou pire du cake aux fruits qu'ils s'obstinent à proposer.

Perturbant de ne pouvoir se constituer une carte mentale de la ville dans laquelle vous débarquez, transporté d'un point à l'autre en taxi. J'en connais qui goberaient du Xanax pour moins que ça.

La magie néanmoins s'invite, à Rennes lorsque médusée cette ville qui vous semblait de beuverie seulement dévoile sa beauté saxonne. La réputation de la rue de la soif usurpe l'identité de cette sublime cité.

Il faut tricher parfois, passer sous le manteau un plateau de sushis à déguster dans la chambre d'hôtel en profitant de Canal +, plutôt que de s'offrir un dîner en ville et faire pitié en mangeant esseulée.

Et puis le shopping. Quand on oublie son pyjama on a le droit à une marinière chez Zara. Ca servira. Le Sinequanone de la gare Montparnasse est passable. En cas de retard annoncé, une ballade au centre commercial près de la gare de Lyon à Lyon est envisageable. De quoi redécouvrir le mésestimé C&A.

Le voyage en Ile-de-France réserve aussi son lot de surprises, la petite vie bonhomme des villes de la couronne ne manque pas de charme. Qu'on entraperçoit seulement, de passage, avec arrêt à la brasserie goûteuse ou à la pizzeria du coin pour le déjeuner du midi. Avec un peu de chance, la farandole des desserts vient tuer tout espoir d'une vie saine dans un corps sain.

Rien de grave. Photos de Morel.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


La Bienveillante 718 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines