Magazine Bons plans

Dubaï fait sa crise…

Publié le 14 janvier 2010 par Addictrip

Si la crise économique et financière n’a pas empêché Dubaï d’inaugurer la plus grande tour du monde, la Burj Khalifa, la capitale doit tout de même faire face à quelques difficultés.
Si jusque là, la deuxième ville des Emirats Arabes Unis semblait résister à la crise, l’année 2009 a mis à jour les faiblesses de Dubaï.
Dubaï fait sa crise…
Cause principale de cette secousse financière et de cette inquiétude, l’annonce en novembre 2009 du rééchelonnement des dettes de Dubaï World et de sa filiale immobilière, Nakheel.
Les deux groupes sont respectivement redevables de 59 milliard de dollars US (soit plus de 70% de la dette de Dubaï) et de 3,5 milliard de dollars. Or les deux entreprises phares de la cité sont  actuellement dans l’incapacité financière d’honorer leurs dettes, en raison de l’éclatement de la bulle immobilière qu’elles avaient contribué à gonfler.

Depuis, sont apparus sur le web nombres d’articles prédisant la faillite et la disparition de Dubaï. D’autres spécialistes déclarent, au contraire, que l’émirat n’est pas prêt de sombrer…
Du coup, on ne sait plus qui croire, ni quoi penser. Les informations se contredisent trop souvent.

Dubaï fait sa crise…

Et côté tourisme qu’en est-il ?

En décembre 2009, Hotels.com annonçait une envolé des recherches d’hôtels à Dubaï en raison de la crise. Les touristes y verraient une belle opportunité en termes de promotion.
Ainsi les requêtes auraient fortement augmenté en Angleterre (+570%), en Norvège (+185%) ou en Irlande (+148%). Les français, un peu moins enthousiastes n’auraient été que 25% de plus à s’intéresser à Dubaï comme destination touristique.
De même, les spécialistes restaient positif pour le premier semestre 2009 et annonçaient alors une hausse de 5% du nombre de touristes internationaux à Dubaï par rapport à 2008.

La période de Noël et des fêtes de fin d’année auraient, par contre, été beaucoup moins propice à l’émirat. Le taux de croissance du nombre de touriste dans la cité, alors de 14% pour la même période en 2008, n’atteindrais plus que 5% fin 2009, soit 9 point de croissance de perdu.
Cette perte aurait cependant été limité grâce à une campagne publicitaire lancée par l’émirat en Angleterre, en Allemagne, en Inde, en Russie, en Chine et au Japon, pays qui constituent le coeur de cible touristique de Dubaï, sauvant ainsi les meubles !

Dubaï fait sa crise…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Addictrip 1198 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines