Magazine France

le problème du logement et de l’aménagement urbain. (1)

Publié le 15 janvier 2010 par Marx
 déjà publié mais toujours d'actualité....
L’immobilier flambe, c’est l’un des enjeux majeurs actuel
La responsabilisé des pouvoirs publics est flagrante diminution du nombre de logement sociaux, mais aussi la décentralisation de 1983 a multipliée les décideurs en effet ce sont 36000 communes qui forment le maillage du territoire français. C’est 36000 décideurs différents de milieux urbains et ruraux. Les différences entre les maires de droite et de gauche sont notables entre les mairies gauche de la ceinture parisienne et les mairies de droite de s banlieues aisés. La politique de logement de la mairie de Neuilly ne fait que favoriser lentement mais sûrement  la ségrégation  sociale. Dans l’article penser la ville pour que les riches y vivent heureux 1 François Rufin journaliste   à France Inter   analyse parfaitement la gentrification des centres des grandes villes et la responsabilité politique. Le cas de Marseille est le plus édifiant : 33000 appartements sont vides alors qu’il  y a 45000 demandes de logements sociaux en attente. La mairie n’a tout  fait pour vider son centre des ses classes populaires. Les travaux se multiplient mais ils ne concernent pas l’ensemble de la population. La volonté de vider le centre des couches populaires http://www.local.attac.org/marseille/article.php3?id_article=237.
Ségrégation sociale et hausse forcenée du prix des habitations façonnement l’aménagement urbain.
L’aménagement urbain à la mode libérale
Un constat hallucinant : « si le logement est devenu aussi cher, c'est essentiellement à cause des réglementations de zonage mises en place dans les années 60 et aggravées depuis, qui limitent artificiellement la constructibilité du sol. «
Les grandes agglomérations canadiennes et américaines qui ont eu la sagesse de ne pas adopter ces réglementations sont soumises aux mêmes facteurs macro-économiques et connaissent une croissance économique parfois spectaculaire. Or, dans ces villes, il n'y a pas de hausse importante des prix immobiliers. Même Paul Krugman, économiste vedette de la gauche américaine, reconnaît lui-même que dans les villes où l'espace est peu réglementé, l'emballement  Ces agglomérations sont loin d'être les enfers urbains que dénoncent les pourfendeurs de l'urbanisme fondé sur la liberté »
En réponse à ce genre de délire et de contrevérité :
La ségrégation sociale n’a jamais été aussi forte en Amérique. Quartiers délabrés abandonnés, victimes d’une insécurité grandissante, ne sont pas issus de la propagande soviétique, que je sache.
L’étalement urbain est une catastrophe économique et écologique. Il met en concurrence la fonction des espace ( espace naturel, résidentiel, agricole, industriel). l’étalement urbain est facteur de pollution du fait des mouvements pendulaires quotidiens de plus en plus importants. Il faut souligner également la faiblesse ses services de transport en commune et le  coût qu’induit l’étalement urbain sur les services publics.
 
Des solutions libérales sidérantes
 
« Pour vaincre la pénurie persistante de logements et les conséquences sociales désastreuses de la hausse actuelle des prix immobiliers, nous devons totalement changer de modèle conceptuel en matière de politique du logement, et replacer l'initiative privée au centre de cette politique.
Tout d'abord, une grande loi de libération de la terre est nécessaire, replaçant le propriétaire en position de principal décideur de l'affectation de son terrain. Tout terrain doit être présumé constructible. En outre, toute servitude née d'une nécessité publique, imposée à une propriété, doit faire l'objet d'une compensation. Une telle libération du sol provoquerait rapidement une baisse des prix immobiliers d'au moins un tiers par rapport à leur valeur actuelle, tout en rendant son sens au respect du droit de propriété défini aux articles 2 et 17 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789.
Chaque cité doit pouvoir puiser dans une « boite à outils » des instruments légaux de gestion du sol respectueux du droit de propriété et les adapter à son besoin. Les expériences internationales fourmillent d'exemples de telles gestions des sols innovantes, du moins vues de France. Il faut en finir avec les lois d'urbanisme dirigistes, malthusiennes et uniformes conçues par des bureaucraties parisiennes censées s'appliquer tant aux grandes villes qu'aux communes rurales.
Afin d'en finir avec la ségrégation par le quartier et de réinjecter dans l'économie des actifs actuellement peu productifs, il convient de privatiser le parc de logements HLM en transférant la dette des OPHLM aux locataires actuels, afin que ceux ci puissent entrer en pleine propriété de leur logement pour un coût équivalent à celui de leur loyer présent.
A toutes les aides actuelles, qu'elles soient destinées au secteur privé ou au secteur social, il est préférable de substituer un chèque-logement unique, dégressif pour éviter tout effet de seuil, calculé en fonction des revenus privés de chaque foyer, et du nombre de personnes qui le composent. Les ménages allocataires seraient libres d'utiliser cette aide pour financer un loyer ou un crédit sur l'unique marché privé.
Afin d'inciter les épargnants à investir dans le logement locatif, ceux-ci doivent recouvrer une liberté contractuelle pour fixer les loyers et plus de souplesse pour rompre un bail, souplesse également offerte au locataire. Dans un contexte d'abondance foncière restaurée, les propriétaires ne pourront pas se permettre d'augmenter abusivement leurs prix, l'abondance de l'offre constituant la meilleure protection du locataire contre un excès d'appétit des bailleurs.
Afin de permettre aux entreprises du bâtiment de répondre à la demande, il faut ouvrir largement les portes de l'immigration aux professionnels du bâtiment issus des pays nouvellement entrés dans la communauté européenne.
Dans un marché immobilier fonctionnant selon de tels principes, l'ancien jouerait envers les classes défavorisées le rôle que joue l'occasion sur le marché des automobiles : un moyen pour les plus modestes d'accéder aux innovations réservées aux plus fortunés quelques années auparavant. »
tiré de : http://www.fahayek.org/index.php?option=com_content&task=view&id=1315&Itemid=45
Tarbes la situation n’est guère plue enviable en moins de 6 ans nous avons pu constater le changement . Investissement massif et unique dans le centre  pourquoi refaire la rue Foch ?
Chute du nombre de logements sociaux construits par la SEMI, investissement de cette dernier dans  des  logements  standings et un hôtel de luxe. A cela , aussi il convient d‘ajouter l’explosion des  constructions défiscalisées dans laquelle la municipalité n’est pas directement responsable sauf à travers la revente de la clinique Courty. Cette opération représente plus un projet de spéculation financière avec de l’argent public que d’aménagement du territoire.
prochain numéro  un bilan de l'aménagement à Tarbes .....

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par sand33
posté le 28 juillet à 21:15
Signaler un abus

Il y a plusieurs problèmes. Le propriètaire n’est pas encouragé à louer entre les taxes foncières, les travaux réguliers d’entretien , l’assurance, la taxe d habitation pour les meublés, l’imposition sur ses revenus locatifs, les normes, et les procédures pour loyers impayés ; Alors (c’est mon cas et celui de mes proches) on laisse le bien inoccupé avec un foncier bas et sans soucis. Le dernier locataire nous doit la somme de 400 000 francs !!!! 5 ans de procédure !!!! Mais je vous rassure on a du payer le foncier en conséquences et ce locataire a m^me fait Appel (pour gagner du temps)...insolvable il a fallu payer ses frais au tribunal soit 7000 francs ! Actuellement j’ai 180 m2 de locaux vacants et depuis deux ans je me bats pour faire 4 logements et bien refus ! Pourquoi parce qu il faut des PARKINGs à ces logements !Mais il faut savoir que devant ce batiment il y a une bande d’espaces verts de 6m sur 20 m sans un arbre ou une fleurs . Le Maire a compris l illogisme de cet aménagement et a essayé de parler en ma faveur mais la communauté des commune ne veut rien entendre. Donc moins 4 logements sur la commune, moins de taxes foncières pour un Etat endetté, un batiment vacant et un espace vert dont tous les voisins n ont que faire ! je vous rassure mes proches sont dans des situations similaires Que doit-on faire ? l’illogisme français !

A propos de l’auteur


Marx 5157 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte