Magazine

Les dimanches là-bas

Publié le 16 janvier 2010 par Cetaitdemainorg
Les dimanches là-bas Sont plus lourds jusque dans ta sueur Le pain plus solitaire Sur son assiette à fleurs passées Tes yeux sont des poids morts Où croupissent les larmes Tu n'attends rien de la lumière A la fenêtre fermée Pas même le retour de l'oiseau * Elle pose sa main sur ta main Et la chambre est moins murée Le paysage s'ouvre enfin A ton regard Un coude en tôle ondulée Prolonge une bouche d'air chaud Dans un carré de graviers Tu souris Tu aimes ce peu que tu peux voir Un ciel trop vaste Et tu tremblerais (Le "elle" du deuxième poème est Claire Séries, professeur de médecine interne à l'hôpital Pellegrin et qui soigne les anorexiques dans un service hélas menacé de fermeture pour des raisons financières...)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cetaitdemainorg 47 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte