Magazine Poésie

Le temps de vivre (Henri Gougaud)

Par Arbrealettres

Le temps de vivre (Henri Gougaud)


A peine a-t-on le temps de vivre
qu’on se retrouve cendre et givre
adieu
et pourtant j’aurais tant à faire
avant que les mains de la terre
me ferment à jamais les yeux

Je voudrais faire un jour de gloire
d’une femme et d’une guitare
d’un arbre et d’un soleil d’été
Je voudrais faire une aube claire
pour voir jusqu’au bout de la terre
des hommes vivre en liberté
Assis entre deux équilibres
dans ce monde qui se croit libre
et qui bâtit des miradors
je voudrais bien que nul ne meure
avant d’avoir un jour une heure
aimé toutes voiles dehors

A peine a-t-on le temps de vivre
qu’on se retrouve cendre et givre
adieu
et pourtant j’aurais tant à faire
avant que les mains de la terre
me ferment à jamais les yeux

De mes deux mains couleur d’argile
je voudrais bâtir une ville
blanche jusqu’au-dessus des toits
Elle serait belle comme une
chanson du temps de la Commune
bâtie de bonheur hors-la-loi
Et puis que le printemps revienne
pour revoir à Paris sur peine
des enfants riant aux éclats
Lorca errant dans Barcelone
tandis que l’abeille bourdonne
dans la fraîche odeur des lilas

A peine a-t-on le temps de vivre
qu’on se retrouve cendre et givre
adieu
et pourtant j’aurais tant à faire
avant que les mains de la terre
me ferment à jamais les yeux.

(Henri Gougaud)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Paris (Henri-Frédéric Blanc)

    Paris (Henri-Frédéric Blanc)

    Gens revenus de tout, exaltation factice, voitures triomphantes. Je tiens le coup en songeant à la joie que j’aurai de retrouver mon soleil et mes livres. Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE, TALENTS
  • Anthologie permanente : Henri Droguet

    Retour provisoire du sujet L’œil poché plissé violet verdelet le narrauteur s’énonce se décarcasse et gratte son sanglant nombril sa couenne sa gidouille brame... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Henri Droguet

    PARTITA Velus pourpres tentaculaires les drageons s'insinuent dans les ombres bleues pâlement c'est l'île aux tamarins l'île bocagère au maillage hirsute et... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Je reviendrai (Henri Gougaud)

    reviendrai (Henri Gougaud)

    Je reviendrai quand je serai grand quand je serai graine quand je serai fou Je reviendrai je te le promets quand je serai nu quand je serai source La cruche... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Le fou (Henri Gougaud)

    (Henri Gougaud)

    Il était bon comme une figue brune il était fort comme un désir de loup il était seul comme un chien dans la lune il était fou, fou comme l’amour fou. Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • C’est l’hiver (Henri Gougaud)

    C’est l’hiver (Henri Gougaud)

    C’est l’hiver L’arbre fleuri le reverrai-je le soleil vert l’homme vivant je me délivre de la neige en regardant rire un enfant Je n’eus que des amours de... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • La rouille (Henri Gougaud)

    rouille (Henri Gougaud)

    Elle fait mal aux charnières mal aux morts mal à la scie et mal aux vieilles prières elle tue le sabre aussi Rampe et jamais ne s’enlise elle est l’eau elle... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE

A propos de l’auteur


Arbrealettres 2788 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine