Magazine Culture

« A Love Supreme » au théâtre, à Paris

Par Encres Noires

« A Love Supreme » au théâtre, à ParisEncore du théâtre ! Et en musique s’il vous plaît ! Je m’en rends compte un peu tard, les représentations ont commencé le 7 janvier, mais il reste encore une semaine pour aller voir la compagnie Ultima Chamada jouer A Love Supreme, au théâtre du Grand Parquet (Paris-18ème).
Cette pièce, créée en 2006 et mise en scène par Luc Clémentin, est l’adaptation de la nouvelle éponyme parue en 1982 dans Jazz et Vin de palme. Dans ce livre, l’écrivain congolais Emmanuel Dongala glissait de Brazzaville à New York, de la farce révolutionnaire à la virée underground, jusqu’à, pour finir, ce A Love Supreme, titre d’un morceau de jazz mythique et, en l’occurrence, hommage à son créateur, le saxophoniste John Coltrane.
Le soir de la mort de ce jazzman de génie, le 17 juillet 1967, le patron d’un club de jazz ne peut s’empêcher de se remémorer et de raconter sa rencontre avec « J. C. », des années plus tôt. Telle est la trame de cette pièce où le comédien (Adama Adepoju) est accompagné de trois musiciens : un batteur, un contrebassiste… et un saxophoniste, bien sûr.
Amateurs de Coltrane et de Dongala, ne pas s'abstenir !
Jusqu’au 24 janvier, au Grand Parquet « A Love Supreme » au théâtre, à Paris
Jeudi, vendredi et samedi à 20 h 30, dimanche à 18 heures
20 bis, rue du Département, Paris-18ème

De 9 à 13 euros

Plus d’infos sur le site de la compagnie Ultima Chamada ou sur le site du Grand Parquet.
A lire :
Jazz et Vin de palme
d’Emmanuel Dongala
Hatier, 1982
Edition de poche : Le Serpent à plumes, coll. Motifs,
205 p., 5,80 euros

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Encres Noires 49 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines