Magazine Poésie

L’Etreinte (Victor Hugo)

Par Arbrealettres


Mon bras pressait ta taille frêle
Et souple comme le roseau:
Ton sein palpitait comme l’aile
D’un jeune oiseau.

Longtemps muets, nous contemplâmes
Le ciel où s’éteignait le jour.
Que se passait-il dans nos âmes?

Amour! Amour!

Comme un ange qui se dévoile,
Tu me regardais, dans la nuit,
Avec ton beau regard d’étoile,
Qui m’éblouit.

(Victor Hugo)

 

 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Arbrealettres 2788 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine