Magazine Conso

La DGCCRF n’est plus. Qui protègera les consommateurs ?

Publié le 18 janvier 2010 par Lucdelporte

Je ne vous cache pas que je suis assez scandalisé par cet escamotage. Malgré les assurances données par le gouvernement et Bercy, la DGCCRF (Direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes), véritable gendarme de la consommation en France, sera diluée avec d’autres services dans le Direction départementale de la protection des populations (DDPP)… Le tout dans le cadre de la révision générale des politiques publiques (RGPP), le programme supposé faire économiser de l’argent à l’Etat. Au détriment des consommateurs ?

Car les quelques 3 000 agents de la DGCCRF seront placés sous l’autorité des préfets (qui sont nommés directement par le gouvernement), du coup, on peut légitimement craindre pour l’indépendance de ces fonctionnaires qui font un boulot formidable. Je vous ai souvent proposé de la documentation de ce service, dont le site est une véritable mine d’or ! Les fiches synthétiques pour passer les fêtes sans arnaques, les réflexions sur la « nouvelle économie de services », les « warning » sur les arnaques à la loterie sur Internet, ou encore les Ateliers de la consommation qui réunit des universitaires et des spécialistes sur des thèmes autour de la consommation… c’est bien tout ça qui est menacé, et encore plus ! Les hotlines qui ne marchent pas, les SMS surtaxés, l’obligation pour les banques d’envoyer aux usagers le relevé des frais bancaires, font aussi partie du champ de compétences de la DGCCRF.

consommaction DGCCRF fraude consommation arnaque.jpg

Michel Garcin, délégué syndical FO à la DGCCRF (dont vous pouvez visiter le blog), estime dans les Echos que la « fusion » de sa maison avec, par exemple, les services vétérinaires (oui, les services vétérinaires), « c’est le mariage de la carpe et du lapin ». Il donne un exemple concret des risques que le placement en préfecture implique : « récemment, Bruxelles s'est inquiété de l'explosion de plusieurs téléphones portables (iPhone). Les services de la DGCCRF ont mené l'enquête en moins de dix jours dans les 100 départements français. Si les préfets avaient dû gérer le dossier, la réactivité aurait été moindre : l'affaire des iPhone aurait été traitée bien après d'autres. »

L’article de France-Soir sur le sujet me semble bien conclure cet événement : « Les préfets ont donc la lourde tâche de reprendre à leur charge une organisation qui, ces dernières années, a pesé de tout son poids sur les opérateurs de télécoms pour leur mauvaise qualité de services, les syndics de copropriété pour leurs pratiques abusives ou les fabricants de jouets pour la possible dangerosité de ceux-ci. A son actif, en outre, le rappel de produits commercialisés dangereux, des chaussures ou des chaises, fabriquées en Chine. Reste à la DDPP, aux préfets et aux départements de faire oublier au plus vite feu la DGCCRF. ».

Alors je souhaite bon courage aux agents de la DGCCRF qui seront mutés, je les remercie de leur travail, de la qualité et de la pédagogie de leur site web qui m’a appris beaucoup en tant que consommacteur. En espérant qu’ils puissent continuer à faire leur boulot de « garde-fou » de la consommation, car nous en avons bien besoin.

Luc, Consommaction


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lucdelporte 13 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine