Magazine Société

L'Égypte a entrepris d'enfouir une barrière métallique à Rafah afin d'assécher les trafics.

Publié le 19 janvier 2010 par Tanjaawi
Des foreuses creusent le sol le long de la frontière avec Gaza, côté égyptien, pour installer des feuilles de métal en profondeur et empêcher ainsi la contrebande via les tunnels. Crédits photo : ASSOCIATED PRESS

Pour les Égyptiens, qui construisent ce mur, ce sont des mesures purement sécuritaires !!!!

À Rafah, elles sont dans toutes les conversations : les silhouettes de grues géantes et d'impressionnantes foreuses se détachent depuis quelques jours le long de la frontière entre l'Égypte et la bande de Gaza, au nord du terminal douanier - fermé quasiment en permanence depuis le coup de force du Hamas à Gaza, il y a deux ans et demi. « On ne sait pas exactement ce qu'ils font », glisse un habitant de la Rafah égyptienne, dont la maison se dresse à moins d'un kilomètre de la frontière, dans le secteur où l'activité des tunnels qui approvisionnent la bande de Gaza est la plus dense. « Certains disent que c'est un mur souterrain, d'autres un réseau de canalisations pour faire s'effondrer les tunnels en les inondant. Tout le monde est très inquiet. »
Le Caire, qui parle de « travaux de fortification », n'a confirmé qu'à demi-mot les informations du journal israélien Haaretz, selon lequel l'Égypte construit, avec l'aide des Américains, une barrière métallique souterraine infranchissable afin d'assécher les trafics avec le territoire palestinien, déjà sous embargo israélien. L'édifice serait composé de plaques en acier « impossible à découper et à faire fondre » et équipé de capteurs électroniques. Il pourrait à terme courir sous 10 des 15 km de la frontière et s'enfoncer jusqu'à 30 mètres sous terre.
« S'ils font ce mur, à la profondeur dont on parle, ce sera la mort des tunnels », affirme Abou Alaa, le gérant égyptien d'une galerie. Un contrebandier interrogé par l'AFP s'est montré moins pessimiste, les trafiquants ayant, selon lui, réussi à percer une plaque d'acier déjà installée. « On ne pourra pas contourner le mur par en dessous, assure en revanche Abou Alaa. Au-delà de 18 mètres, les tunnels s'effondrent car le sol est trop humide et sablonneux. » Les tunnels les plus profonds passeraient actuellement à 15 m sous la frontière.
Faire pression sur le Hamas
L'idée d'un mur souterrain date de la guerre à Gaza, il y a un an. La sécurisation de la frontière égyptienne était la principale condition posée par le gouvernement israélien pour mettre fin à son offensive, l'État hébreu craignant que le Hamas s'équipe en missiles iraniens. « La situation s'est beaucoup améliorée depuis la guerre », assure toutefois une source officielle israélienne au Caire. « Les Égyptiens ont compris que c'est aussi leur intérêt de contrôler le trafic d'armes. »
Au-delà des armes, les tunnels servent surtout à alimenter Gaza en produits de première nécessité : nourriture, vêtements, médicaments, mais aussi cigarettes, essence et ciment. Des marchandises à très forte valeur ajoutée pour les trafiquants, alors que le blocus n'a pas été allégé depuis la guerre. « S'il n'y a plus de tunnels et si le terminal reste fermé, Gaza va étouffer complètement, reprend Abou Alaa. Les Palestiniens n'auront plus que les miettes que leur laissera Israël. »
Les habitants de Rafah, qui profitent largement de cette manne, gardent donc un espoir. Alors que l'Égypte n'a rien dit du tracé exact, ni du rythme auquel elle entend construire le « mur souterrain », la plupart veulent se convaincre que Le Caire n'a pas tant l'intention de fermer les tunnels que d'inciter le Hamas à se montrer plus conciliant, notamment dans les négociations en cours avec le Fatah du président Mahmoud Abbas, ou sur la libération du soldat israélien Gilad Shalit. « C'est un jeu politique, souligne un habitant du côté égyptien. Quand l'Égypte a des désaccords avec le Hamas ou Israël, elle utilise les tunnels comme moyen de pression. »
Pour Khalil Sawarka, un activiste politique de la région, « les autorités du Caire ne veulent surtout pas que la situation des Gazaouis se détériore au point qu'ils n'auraient plus rien à perdre à faire sauter la frontière avec l'Égypte », comme cela avait été le cas en janvier 2008. Conclusion, dit-il, « seul un accord politique permettra de fermer les tunnels ».
18 janvier 2010  / info-palestine

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tanjaawi 215 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine