Magazine Culture

Esther Gorintin est partie

Publié le 13 janvier 2010 par Siheni
Esther Gorintin est partie
Elle avait vu le jour en janvier 1913 dans un shtetel, Sokulka, aux confins de la Pologne et de la Biélorussie. Mais elle vivait depuis longtemps à Paris, rue de Rivoli. Que de chemin parcouru, ma foi, depuis sa traversée de l'Allemagne nazie qu'elle évoquait souvent avec un accent yiddish resté intact malgré les années. Ses parents, ses oncles, ses tantes ? Probablement décimés. Il se trouve que cela arrivait souvent, alors. La quasi-totalité des communautés juives peuplant l'Europe Centrale de ce temps-là a ainsi disparu. On n'y avait pourtant fait de mal à personne, mais c'est comme ça (Nous conseillons au passage de lire ou de relire le chef-d'oeuvre de Sholem Aleikhem, Menahem-Mendl le rêveur, et les nouvelles drolatiques de Cyrille Fleischmann, Les Rendez-vous au métro Saint-Paul, en particulier).
Nous sommes en 1943. Première halte : Bordeaux. Esther y rencontre son futur époux à l'université où, malgré le numerus clausus antisémite, elle étudie la médecine dentaire. Mariée, elle devient Mme Gorinsztej. C'est après la guerre qu'elle deviendra Mme Gorintin. Avant cela, elle doit encore subir l'emprisonnement de son mari et le harcèlement des autorités françaises. A Lyon, elle échappe par deux fois de peu à des rafles de plus en plus fréquentes. Mais il était écrit qu'elle survivrait et son mari aussi. Ils auront un fils, Armand. Il restera unique. Plus tard, ce dernier se fera moniteur d'auto-école libertaire ! Quant à sa mère, entre-temps devenue veuve, il suffira d'une annonce parue dans un journal yiddish pour qu'un destin jusqu'alors peu bienveillant vienne à se dédouaner. On cherche en effet des comédiens amateurs yiddishophones. Elle se présente pour un bout d'essai.
Nous sommes dans les années 90 et elle a 85 ans. Emmanuel Finkiel, qui projette la réalisation d'un film sur la Shoah, choisira finalement Esther parmi des dizaines d'octogénaires et de nonagénaires venus se présenter ce jour-là. C'est ainsi que notre petite bonne femme, que rien ne prédestinait à jouer la comédie, se retrouve à Tel Aviv et apparaît pour la première fois sur les écrans en 1999. Le film s'intitulera Voyages. Elle enchaîne ensuite les tournages : Le Stade de Wimbledon (2001) de M. Amalric, Les Mots bleus d'A. Corneau et Familles à vendre de P. Lounguine (tous deux en 2005).
Suivent d'autres films, et des téléfilms. Jusqu'en 2003. C'est cette année-là qu'on parlera d'elle. Dans Depuis qu'Otar est parti, premier long métrage de Julie Bertucelli, elle incarne Eka, une Géorgienne âgée de Tbilissi nostalgique de l'époque de Staline et passant son temps à attendre des nouvelles de son fils, Otar, parti chercher fortune à Paris. Si le film ne fait pas beaucoup de bruit à sa sortie, il suffit à imposer la présence inoubliable d'Esther Gorintin à laquelle il doit beaucoup. Celle d'une dame silencieuse qui marche à pas menus entre sa fille et sa petite-fille, marquée par la voussure de l'âge et de la mémoire, souriant à ses pensées. Quand elle ne sourit pas, on dirait qu'elle dort, mais elle le fait à la façon des chats. Une feinte. A cet âge-là, 90 ans, nul ne s'endort jamais vraiment, sauf pour toujours comme lundi dernier Esther après un coma de dix jours à Cochin : elle avait 97 ans. Depuis Otar, elle avait encore tourné pour le cinéma dans L'homme qui rêvait d'un enfant sous la direction de Denise Gleize (2005), et pour la télévision dans Drôle de Noël, de Flora Pasquier (2007). Elle ne tournera plus, mais nous ne l'oublierons pas.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Critique : Esther (par Chewie)

    Critique Esther (par Chewie)

    Synopsis :Après avoir perdu l'enfant qu'elle attendait, la fragile Kate voit ressurgir les douloureux souvenirs d'un passé qu'elle préférerait oublier. Lire la suite

    Par  Jango
    CINÉMA, CULTURE
  • Critique en avant-première : Esther (par Chewie)

    Critique avant-première Esther (par Chewie)

    Synopsis :Après avoir perdu l'enfant qu'elle attendait, la fragile Kate voit ressurgir les douloureux souvenirs d'un passé qu'elle préférerait oublier. Lire la suite

    Par  Jango
    CINÉMA, CULTURE
  • Esther, bande-annonce française

    Esther, bande-annonce française

    Voici la bande-annonce de Esther (Orphan en vo) qui sortira le 30 décembre. Réalisé par Jaume Collet-Serra (la Maison de Cire), le film raconte l’histoire... Lire la suite

    Par  Fredp
    CINÉMA, CULTURE
  • Celle qui était allé voir … Esther!!!!

    Celle était allé voir Esther!!!!

    Lundi dernier The Brunette & moi avons été conviées à la projection presse d’Esther! Comme à mon habitude, je n’ai pas souhaité regarder la bande annonce... Lire la suite

    Par  Mld06
    CINÉMA, CULTURE, HORREUR
  • Esther

    Esther

    L'histoireAprès avoir perdu l'enfant qu'elle attendait, la fragile Kate voit ressurgir les douloureux souvenirs d'un passé qu'elle préférerait oublier. Lire la suite

    Par  Ffred
    CINÉMA, CULTURE
  • "Esther"

    "Esther"

    Fini le temps des best of, des flops, des rétrospectives de l’année 2009, le cinéphile que je suis a remis dimanche matin son ouvrage sur le métier. Le 7ème... Lire la suite

    Par  Loulouti
    CINÉMA, CULTURE
  • Esther, la critique

    Esther, critique

    Quelque chose ne va pas chez Esther, c’est ce que dit l’affiche du film sur son héroïne. C’est aussi ce que l’on peut dire au sujet du film. Lire la suite

    Par  Fredp
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Siheni 80 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine