Magazine Santé

Fiasco?

Publié le 27 janvier 2010 par Yann Frat / Un Infirmier Dans La Ville

27 janvier 2010

Fiasco?

La fameuse campagne contre la grippe A se termine et le bilan tombe... Alors avant que "l'actualité" ne pousse cet épisode dans les oubliettes de l'histoire je vais essayer de formuler mon avis sur cette question.
Après tout puisqu'on m'y a enrôlé de force (recruté de force et privé de liberté pendant 4 heures tout de même, ce qui n'est pas totalement anodin) , j'estime avoir un minimum de légitimité non?

1- On ne pouvait pas prévoir

Ça c'est l'argument à la mode en ce moment "ah ben on ne pouvait pas savoir donc on a fait au pire".
Sauf que désolé mais c'est très exactement le boulot des politiques d'évaluer une situation et d'agir avec discernement. C'est même pour ça qu'ils sont là.

On ne peut pas balancer la force nucléaire sur le premier pays venu qui nous menace d'attaque terroriste, de même, on ne peut pas claquer 2 milliards sans réfléchir un minimum, sans multiplier pour le moins les sources et agir avec précautions.

Quant à l'argument de "bonne foi" si il marche pour les politiques j'attends qu'il marche dans les tribunaux, surtout pour tout le corps médical : "oui je lui ai coupé la jambe mais je ne pouvais pas savoir si la gangrène finalement ne s'y mettrait pas un jour"... "Oui j'ai tué cet enfant à la naissance mais bon, hein, vu les parents qu'il a"...

Pour info quand mes collègues infirmiers ou moi faisons une erreur de cotation ou oublions de signer vaguement un énième vague papier, nous sommes traités directement comme des voleurs et devons absolument nous expliquer face à la menace plus ou moins directe de nous interdire l'exercice.

Là on a perdu 2 milliards mais bon après tout hein, c'est de bonne foi...

2- Communication catastrophique

Le pire dans cette histoire en ce qui me concerne c'est le mépris total avec lequel le monde médical a été traité... par son propre ministre.
On peut retourner le problème dans tous les sens mais pour moi cette campagne a été basée sur un seul principe formulée assez clairement : Le système de santé libéral est basé sur des médecins incapables (qui n'ont pas de frigo, ne savent pas doser un vaccin, sont de toutes façon des salauds obsédés par le fric... ) et des infirmiers libéraux qui sont des esclaves corvéables à merci et qui ont intérêt à fermer leur gueule et faire comme on leur dit même si cela est en contradiction avec les règles élémentaires de leur boulot (aiguilles montées et encadrement des élèves)...

Encore une fois pour filer la métaphore, face à une menace armée quelconque un ministre déclare : l'armée de métier est truffée d'incapables, je vais donc monter ma milice privée... En recrutant de force des réservistes et des engagés en plus de leurs engagement normaux...

A l'arrivée donc, en plus d'avoir claqué un pognon fabuleux pour rien (et qui va rembourser?), le ministère a réussit à se mettre à dos son propre corps de métier, laissant de profondes blessures pour un certain temps (les médecins généralistes ne vont pas l'oublier de si tôt et ce sera la moindre des choses; quelle crédibilité aura le ministère maintenant face à eux pour négocier quoi que ce soit? ):  bravo, très fort , grand style...

A mais oui, bien sûr, le ministère a agi de "bonne foi" , alors...

3- Décrédibilisation...

D'un coup de baguette magique avec cette campagne si bien menée de tellement bonne foi:

1- Le discrédit a été jeté sur les vaccins et les membres du corps médical vont maintenant devoir ramer sévèrement pour revenir simplement à la normale face aux anti vaccin déchainés...

2- Il est passé clairement dans l'opinion que les généralistes ne sont obsédés que par le fric.

3- Il est passé que se sont les laboratoires pharmaceutiques et non le simple bon sens qui dirigent les ministères...

4- Dans un vent de panique, on a totalement asséché le marché en solution hydro alcoolique et gants, matériel pourtant essentiel aux soins pour les pros (infirmiers, médecins, dentistes...) pour faire soit des stocks hallucinants et totalement inutiles soit pour le distribuer au grand public a prix d'or de façon totalement absurde...

Là pour finir la métaphore, en appuyant sur le feu nucléaire pour faire sauter le pays qui a posé de vagues menaces terroristes, le gouvernement a fait exploser son propre ministère... 

Ah mais oui, mais c'est de bonne foi alors...

4- Conclusion

Vraiment au delà de la bourde hallucinante de cette campagne qui, après tout, pourrait de justifier (si on est vraiment très gentil) par une difficulté d'évaluation de la situation... Le mépris total et l'incompétence apparente avec laquelle cette campagne a été menée me semble atterrante. Elle signe en tous cas la rupture apparemment assez complète entre les "décideurs" et leurs propres troupes...

Apparemment en 2009 on peut plus que jamais prendre des décisions entre soi, engager des sommes colossales sur une simple peur, sur un simple coup de com (avec le fameux "j'ai ouvert 1000 centre de vaccinations" qui sincèrement sentait plus le stalinisme bon teint que le pragmatisme normal nécessité par ce genre de manœuvres) ... Apparemment il y a encore des gens pour croire qu'on dirige largement mieux la politique de santé de la France derrière un bureau que devant un patient...

Donc en 2009, scoop!, on peut donc faire ça, mépriser ceux qui bossent vraiment pour vous, et s'en sortir en s'en lavant les mains au cri du "j'ai agi de bonne foi"

Désolé pour les vrais malades, désolé pour toux ceux qui vont rembourser et voir leur remboursements diminuer mais le gouvernement a agi de bonne foi alors...


Posté par xannadu à 08:16 - Actualité des soins / Faits divers - Commentaires [0] - Rétroliens [0] - Permalien [#]
Tags : grippe A, scandale, solution hydroalcoolique

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Magazine