Magazine Cyclisme

La Roue Tourangelle : LE PARCOURS A LA LOUPE

Publié le 28 janvier 2010 par Roltiss @roltiss
Roue-TOURANGELLE.jpg
CLIQUABLE
La roue Tourangelle
www.lanouvellerepublique.fr/
Autorisation du 03.02.2005
première fois et à trois reprises par le peloton de la Roue Tourangelle
Dimanche 21 mars, lendemain du printemps et jour de la Roue Tourangelle 2010. Cette année, elle fera la part belle au Chinonais et bien sûr aux côtes.
 
La Roue Tourangelle a ceci de particulier que chaque année elle change de parcours. Et même de secteur puisque la course fait le tour de l'Indre-et-Loire en quatre ans, en passant par le sud-ouest, le nord-ouest, le sud-est et le nord-est.
Pour cette 9e édition, retour au sud-ouest avec un départ à Joué-lès-Tours. Schématiquement, le circuit peut se décrire en trois temps. D'abord une boucle à effectuer deux fois passant par Ballan, Druye, Savonnières, les côtes des Carnaux (Ballan) et de l'Épan (Joué). Ensuite, une traversée du Chinonais. Puis retour vers Joué, toujours via les Carnaux et l'Épan pour rejoindre Tours et l'arrivée boulevard Thiers.
Ce circuit, cela fait presqu'un an que Bernard Machefer, le président de Touraine Evènement Sport, Jean-Michel Guillotin, le M. Circuit de l'association, et toute leur troupe y travaillent. Et pour choisir le parcours, ce sont chaque année les mêmes critères qui doivent être remplis.
Il y a d'abord l'essence même de la Roue Tourangelle à respecter. « Valoriser la Touraine sous toutes ses coutures (sites, produits, personnages illustres, châteaux y compris les petits) par un évènement sportif de haut niveau, c'est notre but. C'est même inscrit dans nos statuts », pose Bernard Machefer.
De là découlera tout le reste. Tout comme du choix de la ville-départ, étant entendu que l'arrivée est toujours jugée à Tours, « soit au nord (Tours Europe), soit au sud (boulevard Thiers), à l'exception de l'an passé où l'on a testé le boulevard Heuteloup pour Paris-Tours ».
Cette année, le choix s'est donc porté sur Joué. « Déjà, c'est une ville de vélo, celle de la famille Danguillaume, avec un club dynamique. Cela tenait aussi à Pierre Civray, notre vice-président, fondateur du Grand Prix de l'Europe. L'accompagnement logistique et financier prime également dans notre choix car la course, tout compris, c'est quelque 90.000 € dont environ la moitié est prise en charge par la ville de Tours, les conseils général et régional. » Dans le même ordre d'idée, certaines communes ou communautés de communes peuvent s'offrir des sprints. Ce sera ici le cas à Avon-les-Roches. Vient ensuite la recherche des difficultés pour offrir un terrain de jeu idéal. L'Épan et Azay constituent des classiques. S'y ajoutent le Puy Angelier (1 km, 8 %) à Rigny-Ussé, déjà escaladé en 2002, et de nouvelles côtes : les Carnaux (800 m, 8 %), « spectaculaire et située juste avant l'Epan », Villandry (1 km, 10 %) « que l'on a déjà descendu mais jamais monté », comme celle des Hucherolles (500 m à 12 %) à Chinon.
 
Coopération avec gendarmerie et communes
 
Dernier critère, et pas le moins important : la sécurité. Entre les ronds-points, les quilles, les rétrécissements ou les terre-pleins comme entre Ballan et Druye, cela a tout du casse-tête pour les organisateurs. « On ne pouvait éviter ce passage. Le problème, c'est que beaucoup de routes en Touraine sont classées à grande circulation, or on ne peut pas les prendre », justifie Bernard Machefer.
Le tracé soumis à la gendarmerie, validé, aura fait l'objet de moult repérages et d'attention, en collaboration avec chaque commune visitée. Il n'y a plus maintenant qu'à le confier aux coureurs.
Annaïck Mainguy

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Roltiss 200 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines