Magazine

Grippe A/H1N1 : "on est passé du principe de précaution au principe de la démesure"

Publié le 28 janvier 2010 par Copeau @Contrepoints
Le principe de précaution tel qu'il est actuellement institutionnalisé aboutit à en faire beaucoup trop, au risque de faire perdre de vue les véritables menaces note Michèle Rivasi, députée européenne (Europe écologie).

Michèle Rivasi, députée écologiste européenne s'en prend avec force à la gestion de la grippe H1 N1 par l'Europe, reprochant en particulier aux autorités d'avoir surexploité le principe de précaution : "on est passé du principe de précaution au principe de la démesure" note-t-elle.

Un excès de précaution qui est dangereux : "Que se passera-t-il alors, quand surviendra demain une pandémie grave ? Personne ne la prendra au sérieux."

Une pierre dans le jardin des tenants du principe de précaution, dont la nocivité a été dénoncée de longue date : « Ce principe ne pose pas de problème tant qu'il ne fait partie que de l'arsenal déontologique du scientifique. Par contre, son entrée dans un autre arsenal, législatif celui-là, fait beaucoup plus de dégâts. [..] On en est arrivé à un principe qui exige qu'on ne tienne compte des risques que de l'un des deux termes d'une alternative — celui que l'arbitraire politique aura désigné. Quand ce « principe »-là ne disait pas encore son nom, il avait entre autres conduit à rendre obligatoire l'emploi de l'amiante dans le bâtiment pour ignifugation. »


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Copeau 583999 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte