Magazine Focus Emploi

Funemployment : souriez, vous êtes au chômage

Publié le 29 janvier 2010 par Claire Romanet

Merci au site Aufeminin.com de nous avoir demandé notre avis sur ce phénomène récent et surprenant : le funemployment, contraction de fun (amusement) et unemployment (chômage). Ce choix de vie qui consiste à vivre sa perte d'emploi de façon positive, est présenté là selon les 7 commandements du chômeur heureux :


1. Jeune active trentenaire, tu seras


Premier commandement : le funemploye(u)r ne peut pas être n'importe qui. D'ailleurs, les études menées aux Etats-Unis montrent que le phénomène concerne quasi exclusivement les trentenaires -ou par extension les 20/40 ans- célibataires et sans enfants. Car reconnaissons-le, choisir le chômage est un risque financier qu'il vaut mieux prendre seul. Ainsi, Elodie, 27 ans, auteure du blog Mon amie chômeuse et funemployer assumée, met en garde : "Je tiens à préciser que pour moi, ça marche, car je n'ai pas d'enfants, pas de crédits, pas d'attaches !"
Comme beaucoup d'autres, elle a quitté un job 5 étoiles (en l'occurence, chef de produit international chez L'Oréal), car son emploi ne convenait plus à ses aspirations. "Pendant 3 ans, j'ai travaillé tête baissée sans prendre la peine de me demander ce que je voulais vraiment. Alors d'un coup, il a fallu que je démissionne pour y voir clair."
Claire Romanet, directrice de l'agence de recrutement Elaee, confirme : "Le phénomène touche essentiellement les trentenaires, ceux que l'on appelle la génération Y *. Ils sont habitués à zapper, à aller vite, à rebondir. Changer de situation n'est pas un problème."

  • génération née entre 1978 et 1994, également appelée "génération numérique" que l'on caractérise par les quatre "i" : individualisme, impatience, interactivité et interconnexion, NDLR


2. Un sens à ta vie, tu donneras


Les adeptes du funemployment choisissent cette période de break volontaire pour entamer une grande remise en question. Suis-je heureux dans mon job ? Ai-je vraiment trouvé ma voie ? Mais au fait, je veux faire quoi de ma vie ? Autant de questions restées en suspend qui frappent de plein fouet des jeunes actifs jusqu'ici programmés pour gagner. "Je crois que le modèle corporate où l'on vit pour son travail a bien marché dans les années 90. Mais aujourd'hui, même si on fait de longues et brillantes études pour s'assurer un bon job, la crise ne garantit plus rien. On se casse vite les dents, et du coup, on se pose des questions", raconte Elodie.
Pour Claire Romanet, il s'agit essentiellement de l'expression d'une tendance générationnelle. "Les trentenaires, aujourd'hui, ne veulent surtout pas reproduire le modèle de leurs parents qui se sont tués au travail sans avoir de retour particulier. Les jeunes savent désormais très bien ce qu'ils veulent : travailler pour vivre et non plus vivre pour travailler."
Ainsi, la fameuse quête de sens propre à la cinquantaine et à la retraite arrive aujourd'hui... à 30 ans ! "Cette remise en question prouve très tôt que le travail n'est plus le seul objectif des jeunes, et c'est tant mieux !, précise Elodie. Avec le chômage qui augmente, c'est bien de voir qu'il y aussi autre chose."


3. Des revenus cachés, tu auras


Il faut bien se rendre à l'évidence : pas d'emploi = pas de salaire. Jusqu'ici l'équation est imparable. Alors comment font les funemployeurs pour vivre ? La réponse est simple : on puise dans les réserves. Pour certains, ce sera le licenciement négocié avec indemnités, pour d'autres les Assedic, ou encore l'épargne personnelle ou familiale lentement accumulée.
Mais surtout, il faut revoir son niveau de vie à la baisse. Elodie témoigne : "J'ai divisé par trois mes revenus par rapport à mon ancien emploi. Aujourd'hui, je dois gagner 1000 € par mois, mais çe me suffit car je fais ce que j'aime. Mon credo à moi, c'est travailler moins pour gagner moins, mais avoir plus de temps pour soi !"
Attention quand même à ne pas se laisser séduire par l'image pseudo bohème ! Car le funemployeur est avant tout un ancien actif qui gagnait bien, voire très bien sa vie.
"Les trentenaires concernés viennent de catégories socio-professionnelles privilégiées, CSP+ voire CSP++. Ils gagnaient de très bons salaires, et ont de l'argent de côté. Ce sont clairement des jeunes qui ont les moyens de réfléchir ! Donc finalement, ça n'est pas à la portée de tout le monde", précise Claire Romanet.


4. Militante, tu deviendras


Même si le funemployment naît avant tout d'une quête de sens, il n'en reste pas moins un mouvement qui ne se prend pas au sérieux. Et mieux vaut avoir de l'humour. "Il existe une sorte d'épée de Damoclès au-dessus du chômage, un vrai poids social : être chômeur, ce n'est pas bien vu. Et le décider, ça ne se fait pas", précise Claire Romanet.
Du coup, les funemployeurs n'hésitent pas à surjouer l'ironie autour de leur situation. Comme pour mieux dédramatiser. C'est le cas d'Elodie, qui ouvre ainsi son blog Mon amie chomeuse : Toi aussi tu aimerais bien flâner dans les expos, passer l'après-midi au cinéma ou à regarder pousser ton ficus... Tu n'as pas le temps car tu travailles : fais donc une requête à Mon amie chomeuse !
On peut ainsi lire sur Twitter des messages gentiment provocants du type "Vive le funemployment pour se remettre à lire !" ou encore "Qui a besoin de travailler ?"
Le summum du militantisme ? Le port de badges crées par l'ex-graphiste et funemployer Irina Blok, véhiculant des messages explicites : "Happily jobless", "I watch TV all day" ou "No Job no Problem" *, qui sont devenus le dernier accessoire tendance outre-Atlantique. Affichez la couleur !

  • "Chômeur heureux", "Je regarde la télé toute la journée", "Pas de job, pas de problème".


5. Une nouvelle vie, tu découvriras


Le funemployment, ce n'est pas que de la théorie, c'est surtout de la pratique. Mieux, c'est un mode de vie. Pour le comprendre, reprenons la définition de l'Urban Dictionary (spécialisé dans les néologismes et termes branchés) : "Etat d’une personne qui profite d’une période de chômage pour prendre du bon temps."
C'est dit. Le funemployeur mène la belle vie. "C'est évident que les premiers jours de chômage, on se sent libéré. L'idée est de prendre son temps, de voyager, de faire ses trucs à soi..." Et comme Emilie, des dizaines de funemployeurs racontent leurs nouvelles expériences sur des forums. On peut ainsi lire : "Je pars en roadtrip à Portland !", "J'ai lu tous les livres que je n'ai jamais eu le temps de lire", ou encore "Je me suis remis à mes études".
Carpe Diem ou irresponsabilité ? Pour Claire Romanet, c'est simplement l'expression extrême de nos nouvelles priorités. "On le voit très clairement dans les entretiens d'embauche. Quand on demande aux jeunes quel est leur job idéal, les notions de vie sociale, temps pour soi, activités extra-professionnelles sont très présentes. Et c'est nouveau."
La faute à qui ? La faute, entre autres, à la société de consommation (encore elle) qui pousse aujourd'hui à travailler plus, certes, mais essentiellement pour consommer plus. Et se faire plaisir...


6. La critique, tu assumeras


"Le plus difficile finalement a été d'annoncer ma démission volontaire. Que ce soient mes proches, ma famille, mon employeur, personne ne comprenait ! J'ai vraiment provoqué une stupéfaction générale. Parce qu'un job comme le mien, ça ne se quitte pas dans l'esprit des gens", raconte Elodie.
Car, comme le confirme Claire Romanet, à la tête du cabinet de recrutement Elaee, le chômage est toujours très mal vu en France et véhicule une image sociale lourde. "Il reste toujours très difficile d'expliquer une période d'inactivité sur un CV. Pourtant, c'est toujours mieux pour un recruteur d'avoir quelqu'un qui sait où il va. Mais dans les faits, les entreprises restent très méfiantes et trouvent ça louche qu'on ait pris du recul."
Le funemployeur doit donc s'attendre à subir critiques, regards de travers et surtout, pas mal d'interrogations. D'autant plus dans une société où chacun se définit essentiellement par sa profession.
"Il n'y a qu'à voir dans les soirées, les deux premières choses qu'on demande c'est le nom et la profession ! Alors quand on ne fait rien, socialement c'est très difficile. On a l'impression de n'avoir plus aucune personnalité ! Comme si on ne pouvait pas se définir par autre chose que le travail..." , explique Elodie.


7. L'entreprise, tu réinventeras !


Le funemployment peut très vite passer pour un caprice d'enfant gâté. Mais au-delà du phénomène de mode, il en dit long sur les changements structurels de notre société. A commencer par un rejet du monde de l'entreprise tel qu'on le connaît. "Au départ, quand j'ai démissionné, ce n'était pas pour ne plus travailler : c'était pour trouver un job qui ait du sens", précise Emilie.
Car cette fameuse génération Y ne veut plus des codes habituels : horaires fixes, management à l'ancienne, faire toute sa carrière dans une seule entreprise... Ces pratiques sont en train d'évoluer doucement. Aujourd'hui, le travail n'est plus la valeur absolue. Elle tend à être remplacée par le bien-être. " Le monde de la société cristallise quelques souffrances que la jeune génération ne veut plus subir. On cherche davantage des solutions orientées vers l'aspect humain. Le funempoyment s'inscrit dans cette mouvance. C'est aussi une façon d'arrêter de se porter en victime, de faire des choix pour réaliser ce que l'on veut, et surtout, de positiver", précise Claire Romanet.
Et en temps de crise, cette philosophie hédoniste trouve un écho particulier. "Même si très peu de gens osent encore le dire... Les choses évoluent lentement, mais certainement. Il y a une vraie réflexion à mener de la part des employeurs. "
Le dossier complet, avec des illustrations, sur le site aufeminin.com.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Claire Romanet 5426 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog