Magazine Santé

Ketum le retour

Publié le 29 janvier 2010 par Jean-Didier
Un lecteur avisé m'a fait remarqué que ma mauvaise foi légendaire et mon caractère vindicatif m'empêchait de mettre à jour mon post du 21 décembre sur le retrait du Ketum®. Ketum le retour Mercredi 27 janvier, toutes les pharmacies de France et Navarre ont reçu le communiqué de presse du Laboratoire Menarini annonçant le retour du Ketum®. Le laboratoire commercialisant le Ketum® a déposé, fin décembre, auprès du Conseil d'Etat, une requête en référé-suspension de la décision de l'Afssaps de retirer du marché français un médicament dont la balance bénéfices/risques avait été jugée négative en pharmacovigilance. Mardi 26 janvier, une ordonnance du juge des référés du Conseil d'Etat, prise dans le cadre de la procédure d'urgence, suspend la décision de santé publique de l'Afssaps en attendant une décision sur le fond du recours. Il apparaîtrait qu'il s'agisse d'une première en France. Aucune décision de santé publique en lien avec la pharmacovigilance n'aurait été encore remise en question par la justice. Je ne suis pas juriste, mais une chose me surprend néanmoins. Le référé-suspension permet de paralyser l'exécution d'une décision administrative. Or pour ce faire, le requérant doit établir l'urgence de suspendre la décision administrative et faire douter de l'acte administratif. L'ordonnance du juge des référés de n'est pas encore disponible sur le site du Conseil d'Etat. Je serais très curieux de connaître l'argumentaire. Ou est-ce simplement une décision technique en attendant que le Conseil d'Etat ne se prononce sur le fond? Toujours est-il que le caractère urgent est difficilement entendable dans le sens où le Ketum® est un médicament indiqué dans des pathologies dont le risque vital n'est pas engagé et pour lesquelles il existe des alternatives thérapeutiques: ibuprofène, diclofénac et acide nuflimique.
Concernant la légalité de la décision de l'Afssaps, elle est intervenue à la suite de la procédure nationale de réévaluation de la balance bénéfices/risques des gels à base de kétoprofène. Inutile de rappeler que l'Afssaps est la seule agence compétente dans ce domaine en France, avec l'EMEA. Et il est bon de rappeler qu'un pays de l'Union Européenne peut suspendre une autorisation de mise sur le marché unilatéralement, ce fut le cas ces dernières années avec le DiAntalvic® par exemple.
L'Afssaps n'a pas dit son dernier mot puisque la même réévaluation est en cours au niveau européen à l'EMEA. Je n'ai toujours pas vu dans publications indexées Pubmed d'études méthodologiquement bien menées prouvant la supériorité, ou la non-infériorité, du kétoprofène par rapport à ses alternatives thérapeutiques. Je suis vraiment déçu parce qu'il s'agissait d'une décision pionnière et courageuse de l'Afssaps et qu'elle peut être balayée par les appétits financiers d'un groupe qui se vante de génèrer plus de 2,6 milliards d'euros de chiffre d'affaire annuel, au mépris de l'intérêt des personnes.Quoi? je crois encore au monde des bisounours?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jean-Didier 35 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine