Magazine Culture

Statuettes en céramique du XVIIIe siècle

Par Richard Le Menn

couple de bergers Photographie : « Groupe en faïence de Lunéville à décor polychrome représentant un berger assis et une bergère tenant des fleurs. XVIIIe siècle. Hauteur : 21,5 cm » de 'Christian Béalu - Antiquaire – Expert'.

Depuis la plus haute antiquité, l'homme fabrique des statuettes en terre cuite. Dans le cadre d'un doctorat sur les iconographies antiques de la Comédie nouvelle, j'ai notamment étudié celles représentant des personnages des pièces de Ménandre (IVème siècle avant Jésus-Christ), de Térence (190-159? av. J.-C.) et d'autres auteurs de ce genre. J'ai été étonné de la parfaite transmission des codes iconographiques à travers les siècles pendant toute l'Antiquité jusqu'au Moyen-âge. Mes recherches m'ont conduit à découvrir une production de statuettes figuratives aux thèmes aussi bien empruntés à la religion qu'à la vie quotidienne. Les plus réputées et sans doute les plus belles sont celles que l'on appelle depuis le XIXe siècle les 'tanagras'. Celles-ci sont d'une finesse particulière, avec des teintes (pour celles qui les ont conservées) d'un pastel d'une grande délicatesse.

jeunevendangeuse
Au XVIIIe siècle la céramique et en particulier la porcelaine sont des marques de raffinement. Ce prestige vient en partie du fait qu'après les fontes d'argenterie imposées par le roi Louis XIV pour financer ses guerres, de nombreuses personnes se tournent vers ce matériau, commandant des ensembles de table remplaçant ceux en argent mais constitués des mêmes éléments, avec notamment les surtouts servant pour décorer une table. De grandes compositions de céramique sont demandées, représentant divers sujets. Les statuettes en céramique deviennent utilisées de plus en plus fréquemment pour décorer divers endroits de la maison, en particulier du fait de l'essor de la porcelaine au XVIIIe siècle, avec la découverte en Allemagne de la technique de fabrication de la porcelaine dure, et des grandes manufactures françaises.

Une nouvelle technique fait aussi son apparition : celle du 'biscuit' qui est une porcelaine blanche, tendre ou dure, cuite au four à très haute température, non émaillée, qui imite le grain du marbre. Le biscuit sort achevé du four après une seule cuisson et sans ajout de décor. Jean-Jacques Bachelier (1724-1804), artiste travaillant notamment pour les manufactures de porcelaine de Vincennes puis de Sèvres, s'attribue l'invention du biscuit. 1752 serait la date des premières fabrications à Vincennes. Il est à noter qu'on appelle aussi 'biscuit' tout objet en céramique tel que sortant du four à sa première cuisson (c'est le biscuitage).

Photographie de droite : « Biscuit en pâte tendre de Sèvres représentant une jeune vendangeuse. XVIIIe siècle. Marque incisée sous la base F pour l’atelier de Falconet. Hauteur : 15 cm. » 'Christian Béalu - Antiquaire – Expert'

Dernière photographie : Image prise lors d'une exposition au Musée national de céramique - Sèvres présentant un service de table en porcelaine.

tableexpositionaumuseedesevres


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Richard Le Menn 304 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines