Magazine Culture

Titiyo - Hidden (2010)

Publié le 29 janvier 2010 par Oreilles
Titiyo - Hidden (2010) Après un flop, pas évident de remonter la pente. Surtout quand on est la demi-sœur de Neneh et Eagle Eye Cherry. Forcément attendue au tournant. Sauvée par Hidden, déjà sorti en Suède, son pays natal, la brunette Titiyo, réussi à redorer son blason. Portée sur le devant de la scène en 2001 avec le tube "Come Along", son album de 2004 l’avait enfermée dans un placard. Après avoir hésité à tout lâcher, elle prend la sage décision de tout reprendre à zéro, s'achète un home studio et c’est bingo ! Elle se détache de son image de reine de la soul pour se montrer dans une pop plus intime et moins bling-bling, voyageant aussi dans le trip-hop et la musique d’ambiance. Une maturité à la quarantaine passée. L’opus de la renaissance sort en France le 23 février prochain.
Elle nous réveille par "Awakening". Un premier titre énergique introduit par une montée de samples électroniques aux allures pop et dance, synthés à bloc et enveloppant. La voix est douce. Les cordes clôturent ce crescendo en puissance.
Titiyo a su aussi bien s’entourer. Elle signe un duo avec Moto Boy, chanteur suédois au vent en poupe et qui ne quitte jamais son rouge à lèvres, "If only your bed could cry", qui ne tombe pas dans la pathétique chansonnette d’amour. Sous une ligne trip-hop, les deux voix sont bien dosées entre douleur et douceur…
"Drunken Gnome", avec le trompettiste Goran Kajfes, connu pour ses créations électro-jazz, nous transporte dans un univers nocturne, mystérieux, dans lequel la voix de Titiyo vient courir au milieu du morceau. La rythmique de guitare et les percussions envoûtantes sont colorés par de lointaines cordes. Avec en toute finesse finale, des gongs et des effets d’eau bouillonnante surprenants.
Elle reprend "Longing for Lullabies" du groupe Kleerup dans une version beaucoup plus douce, sans son côté dance original.
Il y a aussi le côté saturé, répétitif puis planant de "N.Y.". En constance, dans la variété des morceaux, on retrouve la voix apaisante de la suédoise. Une tristesse qui prend corps. Et une coupure claire et nette avec ses débuts. Tityo prend le large et offre un album aérien.
En bref : rien à voir avec le côté bling-bling du sommet de sa carrière, Titiyo a donné de sa personne et pris le temps de réaliser ce disque assez mélancolique. Neuf titres, c’est un peu court mais ça vaut le détour en prenant le temps - comme la chanteuse l’a fait - de l’écouter à plusieurs reprises.
Titiyo - Hidden (2010)
Le myspace et le site


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Oreilles 2992 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines