Magazine

A propos d'Anne Sinclair, de nationalité française et de cette passerelle qui nous relie

Publié le 31 janvier 2010 par Sarah Oling
Lorsque j'ai débuté ma carrière de journaliste radio, on me comparait souvent à  Anne Sinclair tant dans ma posture que dans mon phrasé, j'en était flattée, elle fut mon modèle et j'ai connu  comme elle la passion du direct, de cette montée d'adrénaline particulière qui font que ce métier me manque infiniment. Quelques secondes qui précèdent la prise d'antenne qui galvanisent et font défaillir de trac à la fois. Je ne pensais plus a cette proximité professionnelle depuis longtemps lorsque je fus interpellée par la fâcheuse mésaventure qui lui est arrivée récemment et qui lui fit écrire :  "La nationalité française n'est plus une évidence pour qui l'a toujours eu".  Née à Oullins , nantie d'une carte d'identité française depuis toujours, c'est avec une sereine assurance que j'en demandais récemment son renouvellement.  Jamais je n'aurai imaginé alors dans quel délire  administratif j'allais être plongée, que je peux qualifier sans hésitation de Kafkaïen. Née d'un père  dont je croyais naïvement  que son  passage par le camp d'Auschwitz puis son  rapatriement ensuite en France en 1945 lui avait servi de "sésame"pour être admis dans la communauté des Français, je n'avais pas imaginé un instant qu'il était encore un étranger à ma naissance.

 S'ensuivit  une quête des bons documents pour justifier que, mais oui, je suis française, enfin, je crois... pour obtenir, enfin, ce certificat de nationalité française, que je dois désormais produire comme preuve de ma légitimité à la revendiquer.  Ce document  est un morceau d'anthologie, il restitue en raccourci une vie  d'errance imposée. Pour exemple, ce passage: " En effet, sa mère, Mala Esther Szotland , née à Cracovie Pologne,  a acquis la nationalité française par l'effet collectif de la naturalisation de son père Abraham Osias S, né à Brrzeziny, Pologne, par décret du 02 janvier 1940  et ne l'a pas perdu par l'effet de son mariage en 1946 avec un étranger Oling Max. En effet, il n'a été trouvé aucune trace d'une déclaration à son nom en vue d'acquérir la nationalité étrangère de son mari".   Mon père fut naturalisé français dix ans après ma naissance... 

Alors, oui, depuis, la nationalité française pour moi a perdu sa tranquille évidence, je dois la justifier, à défaut de la revendiquer.  Comme Anne Sinclair, comme tant d'autres.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Bonne fête Anne-Marie

    Jo et moi attendions ta visite cette semaine. Disons que le tremblement de terre a changé nos plans…. les tiens aussi. Plusieurs personnes nous manquent depuis... Lire la suite

    Par  Badiejf
    A CLASSER
  • Designer : Anne Black

    Designer Anne Black

    Petite découverte design : Anne BlackDes bijoux et surtout des vases magnifiques tellement simples avec juste la petite touche de couleur bien placée, j'adore! Lire la suite

    Par  Aunomi
    A CLASSER
  • Anne in Wonderland

    Anne Wonderland

    Anne Hathaway est en couverture du nouveau magazine français intitulé Be. L'actrice sera prochainement à l'affiche de Love and other drugs, de Edward Zwick, où... Lire la suite

    Par  Weloveleslapins
    A CLASSER
  • Balade équestre avec Anne Lemieux

    Balade équestre avec Anne Lemieux

    A Degas, elle a emprunter la volupté, l’art du représenter le mouvement, de Marry Cassat, pastelliste américaine, elle a retenu la précision du tracé, la... Lire la suite

    Par  Dominique Rémond
    BEAUX ARTS, CULTURE, EXPOS & MUSÉES, SORTIR
  • Bonheur fantôme ~ Anne Percin

    Bonheur fantôme Anne Percin

    Rouergue, coll. La brune, 2009 - 220 pages - 16,50€C'est une phrase empruntée à Thoreau, dans Walden, qui dit ceci : Si un homme ne s'accorde pas avec ses... Lire la suite

    Par  Clarabel
    NOUVELLES, POÉSIE, TALENTS
  • Anne Perry : "Resurrection Row"

    Anne Perry "Resurrection Row"

    Quatrième de couverture : " "Bas les masques", tel paraît être le mot d'ordre d'Anne Perry dans la série de romans où elle met en scène son couple de héros... Lire la suite

    Par  Schlabaya
    CULTURE, LIVRES
  • Le prisonnier ~ Anne Plantagenet

    prisonnier Anne Plantagenet

    Stock, 2009 - 140 pages - 14,50€ « Elle est l'institutrice. Elle a dix-neuf ans. C'est un sale coup, une affreuse plaisanterie. Lire la suite

    Par  Clarabel
    CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Sarah Oling 282 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog