Magazine Poésie

Le coeur dur (Pierre Reverdy)

Par Arbrealettres


Je n’aurais jamais voulu revoir ton triste visage
Tes joues creuses et tes cheveux au vent
Je suis parti à travers champs
Sous les bois humides
Jour et nuit
Sous le soleil et sous la pluie
Sous mes pieds craquaient les feuilles mortes
Parfois la lune brillait

Nous nous sommes retrouvés face à face
Nous regardant sans rien nous dire
Et je n’avais plus assez de place pour repartir

Je suis resté longtemps attaché contre un arbre
Avec ton amour terrible devant moi
Plus angoissé que dans un cauchemar

Quelqu’un plus grand que toi enfin m’a délivré
Tous les regards éplorés me poursuivent
Et cette faiblesse contre laquelle on ne peut pas lutter
Je fuis rapidement vers la méchanceté
Vers la force qui dresse ses poings comme des armes

Sur le monstre qui m’a tiré de ta douceur avec ses griffes
Loin de l’étreinte molle et douce de tes bras
Je m’en vais respirant à pleins poumons
A travers champs à travers bois
Vers la ville miraculeuse où mon coeur bat

(Pierre Reverdy)



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • En ce temps-là (Pierre Reverdy)

    temps-là (Pierre Reverdy)

    En ce temps-là le charbon était devenu aussi précieux et rare que des pépites d’or et j’écrivais dans un grenier où la neige, en tombant par les fentes du... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Timidité (Pierre Reverdy)

    Timidité (Pierre Reverdy)

    Sur le palier, plus haut que les marches qu’il n’a pas su compter, il hésite et, plus heureux qu’après une grande victoire, il redescend sans avoir seulement... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • L’hiver (Pierre Reverdy)

    L’hiver (Pierre Reverdy)

    Le ciel est descendu, on a refermé les fenêtres et les bouches sont closes. Après la chute des feuilles même les oiseaux n’osent plus gazouiller. Il fait si... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • La repasseuse (Pierre Reverdy)

    repasseuse (Pierre Reverdy)

    Autrefois ses mains faisaient des taches roses sur le linge éclatant qu’elle repassait. Mais dans la boutique où le poêle est trop rouge son sang s’est peu à pe... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • L’homme impassible (Pierre Reverdy)

    L’homme impassible (Pierre Reverdy)

    Il se penche au bord du parapet et tient sa tête, trop petite, par les oreilles. L’arête du toit fait une parallèle à ses épaules et la cheminée a l’air d’être... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Les Poètes (Pierre Reverdy)

    Poètes (Pierre Reverdy)

    Sa tête s’abritait craintivement sous l’abat-jour de la lampe. Il est vert et ses yeux sont rouges. Il y a un musicien qui ne bouge pas. Il dort; ses mains... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Toujours seul (Pierre Reverdy)

    Toujours seul (Pierre Reverdy)

    La fumée vient-elle de leurs cheminées ou de vos pipes? J’ai préféré le coin le plus aigu de cette chambre pour être seul; et la fenêtre d’en face s’est ouverte... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE

A propos de l’auteur


Arbrealettres 2788 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine