Magazine Cyclisme

Suspension de Di Luca : itinéraire d'un play-boy récidiviste

Publié le 02 février 2010 par Roltiss @roltiss

Suspension de Di Luca : itinéraire d'un play-boy récidiviste
Di Luca Danilo
COPIE INTERDITE
Copyright © 2005-2009 Fotoreporter Sirotti Italia - Tutti i diritti riservati.

Baby Giro et médaillé de bronze au Championnat du monde espoirs (derrière… Ivan Basso, et Rinaldo Nocentini) en 1998, il s'était classé deuxième du Tour de Lombardie dès 1999 à moins de 24 ans pour ses débuts professionnels (derrière Mirko Celestino, dont ce fut d'ailleurs, la plus belle performance sur route, pour une carrière qui promettait davantage que la série de places d'honneur ensuite collectées), puis il avait confirmé son talent dans le Tour d'Italie 2000 en y faisant honorablement remarquer sa bobine de play-boy.
Il est sorti de la première décennie du millénaire avec un palmarès enviable mais ruisselant d'affaires troubles. Avec une gueule qui ne charme plus vraiment.

Un champion entouré de présomptions

Danilo Di Luca a été jusqu'en 2009 de ce genre de champions entourés de telles présomptions de dopage qu'elles étaient devenues pour une part du public des certitudes établies, si bien qu'il continuait à exercer et à gagner dans ce qui pouvait passer pour un état de flagrante impunité. Ce sentiment, qui accompagne l'activité de grands cyclistes comme Alejandro Valverde, était encouragé pour Di Luca par l'association de son nom à deux affaires au moins : celle du « blitz » du Giro 2001 puis de la très collante « Oil for drug ».

 La première vit la brigade anti-stupéfiants italienne réaliser une perquisition massive et fulgurante sur le Tour d'Italie le 6 juin 2001, ce qui permit de découvrir de nombres substances et d'inquiéter plusieurs dizaines de personnes. Le nom de Di Luca a été plusieurs fois évoqué, même s'il ne fut pas condamné, ni même renvoyé devant un tribunal.

l'opération « Oil for drug » est une enquête qui met directement en cause de nombreux athlètes dans un trafic de produits dopants liés au Dr Santuccione, proche de Di Luca. Les relations malhonnêtes entre celui-ci et le sulfureux médecin semblent être mises en lumière par des écoutes téléphoniques éloquentes, en 2004.

L'affaire "Oil for drug", collante mais pas fatale

Sa mise en cause en 2004 porte certes ombrage au prestige de Di Luca, qui s'était spécialisé dans les classiques malgré quelques peines à décrocher de grandes victoires. Il s'en trouve interdit de séjour au Tour de France et privé de sélection au Championnat du monde, mais il ne se privera pas d'une brillante saison 2005. Vainqueur d'un doublé sur l'Amstel et la Flèche Wallonne, le beau gosse revient au premier plan et rivalise avec les meilleurs (Savoldelli, Simoni, Rujano) pour le classement général du Tour d'Italie, dont il est 4ème. Ses performances font de lui le premier vainqueur du ProTour imaginé par Verbruggen. Ce n'est qu'en 2007 que l'affaire « Oil for drug » aboutit à sa suspension pour 3 mois (pour ses fréquentations avec le Dr Santuccione et non pas pour un dopage reconnu), alors qu'il a remporté le Tour d'Italie en juin en dominant ses adversaires dans la montagne. Cette condamnation ternit une saison qui l'a également vu remporter Liège-Bastogne-Liège et Milan-Turin, et sa deuxième victoire au ProTour n'est empêchée que par l'annulation de ses points, consécutive à sa suspension.

La chute : contrôlé positif, tout bêtement

Le play-boy s'en tire encore bien, et revient sur le devant de la scène lors du Giro 2009 (après une saison 2008 moyenne), où il est l'excellent dauphin de Denis Menchov (à 41 secondes). C'est sur cette même course que la preuve de son dopage intervient enfin, par le double contrôle positif qu'il subit au CERA (EPO de synthèse, de composition lourde, à effets allongés). Tout ce qui n'était jusqu'alors que présomptions vient trouver dans ce contrôle une confirmation aucunement surprenante en soi, mais définitivement consternante pour le récidiviste qu'il se révèle être, infichu de renoncer à ses manigances, et encore capable de se faire pincer après presque dix ans d'inlassable suspicion.

La décennie de Di Luca s'achève ainsi par sa suspension pour deux ans prononcée en janvier 2010, et à compter de juillet 2009 (à confirmer après appel inévitable du condamné…), peine réglementaire qui aurait pu être alourdie pour circonstances aggravantes, mais qui fait l'effet pour une part de l'opinion d'une sentence méritée, bien que blasée.

Synthèse du site Cyclisme-Dopage sur le « blitz » du Giro 2001 : http://www.cyclisme-dopage.com/actu...
Liens relatifs à l'opération « Oil for drug » sur Cyclisme-Dopage : http://www.cyclisme-dopage.com/actu...
Palmarès de Danilo Di Luca sur Les-sports.info : http://www.les-sports.info/cyclisme...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Roltiss 200 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines