Magazine Société

Les retraites : le dogme socialiste pris dans les glaces du programme commun de 1981

Publié le 02 février 2010 par Flavienneuvy

Acte 1 :

Martine Aubry surprend tout le monde en évoquant la possibilité de décaler l'âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans sur RTL le 17 janvier. Cette déclaration elle m'avait (agréablement) surpris. Martine Aubry faisait ainsi preuve de lucidité (l'espérance de vie qui augmente rend la chose inéluctable) et surtout de courage en prenant une position peu populaire dans sa propre famille politique.

Acte 2 :

levée de bouclier à gauche ! On ne touche pas à "l'acquis social". L'inimitable Henri Emmanuelli s'agace (écouter ici), pour JL Mélanchon "Martine Aubry porte un mauvais coup à la gauche" (lire ici) et Benoît Hamon explique laborieusement le lendemain que "le PS reste attaché à l'âge légal de la retraite à 60 ans".

Acte 3 :

la reculade. Le conseil national du PS désavoue Martine Aubry le 26 janvier avec "une déclaration solennelle qui confirme le maintien de l'âge légal de départ à la retraite à 60 ans". Lire ici


Le PS reste donc figé dans le passé, il fait preuve de conservatisme et d'un manque de courage politique évident. De nombreux élus au PS savent bien qu'il n'y a pas d'autre alternative pour sauver notre système par répartition qui est en très grand danger. Le problème c'est que ces élus du PS n'ont pas le courage de le dire, à de rares exceptions près. Manuel Vals en fait partie. Lire ici

Question : lorsque l'espérance de vie sera de 120 ans (c'est pour bientôt, lire Le Point de cette semaine), les socialistes français pourront-ils toujours défendre le départ à la retraite à 60 ans ?

Dernier point : l'Internationale socialiste n'est plus.

En effet, les socialistes espagnols, ces dangereux réactionnaires, estiment "qu'il est raisonnable d'élever l'âge de départ à la retraite à 67 ans". José Luis Zapatero pousse la provocation jusqu'à penser "qu'il se sent responsable et qu'il doit veiller sur le système public des retraites". Irresponsables ces socialistes espagnols on vous dit ! Lire ici.

Avant les Espagnols, les socialistes allemands avaient fait de même en portant l'âge de départ à la retraite à 67 ans et il en va de même dans de très nombreux pays en Europe.

Le socialisme français, lui, est pris dans les glaces du programme commun de 1981. C'est triste mais c'est une réalité.

Flavien Neuvy


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Flavienneuvy 1312 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine