Magazine Jeux de hasard

La Française des Jeux et le groupe Barrière lancent une salle de poker en ligne

Publié le 28 janvier 2010 par Wbgagn7

La nouvelle réglementation du marché français des jeux en ligne va devenir réalité en quelques mois. En attente, deux acteurs importants de l’industrie préparent le terrain de leur futur développement.

La Française des Jeux – le tellement controversé monopole d’Etat, et le groupe de casinos terrestres Barrière, font équipe pour lancer une salle de poker en ligne. Alors que cela pourrait porter préjudice aux pré-accords existants, les résultats auront le dernier mot à dire. L’an dernier, Barrière a lancé sur le marché étranger son premier casino en ligne 3D, LeCroupier. Celui-ci a été un investissement très coûteux, mais le mécompte pourrait venir du fait que la FDJ a déjà un accord avec le fournisseur de logiciels de jeux Cyberarts.

Toute modification au contrat avec Cyberarts sera surveillée de près par Intralot, une société grecque de loterie qui détient une participation de 35% dans Cyberarts. On doit prendre en considération que cette dernière a fait ses preuves dans les logiciels de poker, tandis que Barrière n’a pas d’expérience.

En outre, un partenariat de poker entre Barrière et la FDJ pose aussi des menaces pour les concurrents, en raison de la possibilité de marketing croisé et de la fusion de deux bases joueur très larges. En unissant leurs forces, ils pourraient devenir les sponsors principaux des tournois majeurs organisés en France et à l’étranger.

Le processus de légalisation des jeux en ligne en France est suivi d’un oeil exigent par L’Association des Jeux à distance (Remote Gambling Association). La RGA est le représentant des principales sociétés de jeux sur internet et n’est pas contente du projet de loi proposé par la France. L’Association Européenne des Jeux et Paris (European Gambling and Betting Association) en est également mécontente.

Les deux organismes sont contrariés parce que le projet ne satisfait pas aux exigences de l’UE quant aux marchés libres et ouverts. La RGA a même menacé d’engager des poursuites en justice si l’actuel projet de loi est mis en oeuvre. L’association a nommé le projet « démesurément restrictif et anti-concurrentiel ». Les choses seront plus claires dès le 23 février 2010.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Wbgagn7 Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte