Magazine Politique

Qualité de l’air

Publié le 28 janvier 2010 par Jef06

Un article du blog “La campagne des Régionales” nous informe d’une passe d’arme, en région parisienne entre Cécile Duflot et Chantal Jouanno, secrétaire d’Etat chargée de l’écologie au sujet de la qualité de l’air parisien.

En cause: les instruments de mesure de cette qualité de l’air, le statut et le financement des associations qui la contrôlent, Cécile Duflot argumentant: “Les opérateurs de l’État seront soumis au non-remplacement d’un départ sur deux à la retraite, ainsi qu’à une baisse de 10 % du budget sur 3 ans. La qualité de la surveillance et de l’information aux habitants est dangereusement mise en cause”.

Je discutais il y a quelques temps, avec un élu d’opposition au Conseil Municipal, de la qualité de l’air niçois qui, selon des sources discordantes, serait très mauvaise pour certains, la ville étant insuffisamment ventée et acceptable pour les autres. Je suis donc allé me renseigner sur le site de l’association qui la contrôle, AtmoPaca, qui annonçait, mercredi, une qualité de l’air plutôt bonne, ce qui est plutôt normal en cette saison froide et venteuse.

Mais, première constatation, pour Nice ville, la concentration en dioxyde de soufre et en particules (d’un diamètre inférieur à 10 microns) ne sont pas prises en compte sur les 4 substances mesurées ailleurs.

Seconde constation, il n’y a, à Nice que deux stations de mesure, toutes les deux à l’ouest de la ville, et éloignées de la zone réellement urbaine: Nice aéroport et Nice Ouest botanique. alors, qu’en comparaison, il y en a 4 à Aix en Provence et 7 à Marseille.

Il me semblerait intéressant de savoir ce que donneraient ces mêmes mesures à la Madeleine, où en retrait du quartier du Port, voire vers Nice-Nord ou dans l’hyper-centre. On constaterait vraisemblablement des taux de particules élevés, voire très élevés, sans parler des autres composants.

Il est vrai qu’on ne parle que très peu de la qualité de l’air niçois dans le débat politique local, y compris dans les associations qui se préoccupent d’environnement: normal, on ne peut se fier qu’à des impressions, des difficultés respiratoires et pas à des chiffres indiscutables.

Il me semblerait utile et nécessaire que l’opposition municipale fasse campagne sur ce point avec, pour première revendication, au moins le doublement des stations de contrôle, la mesure  de la pollution de l’air intra-urbaine, sans oublier la prise en compte, sinon d’un maximum de polluants au moins du dioxyde de soufre et des particules outre les deux à peu près mesurées aujourd’hui..

- “Les régionales tournent au casse-tête pour la majorité. Le parti majoritaire, en lien direct avec l’Elysée, n’a cessé d’osciller sur sa stratégie et ses thématiques. Il y a un an, M. Sarkozy avait conçu la réforme des collectivités territoriales comme l’arme décisive pour gagner ces élections et diviser la gauche aux commandes de vingt régions. Mais la réforme, couplée avec celle de la taxe professionnelle a, avant tout, divisé la majorité et suscité l’hostilité des élus locaux. Le chef de l’Etat a ensuite privilégié le développement durable, jusqu’à l’échec de Copenhague et le camouflet de la censure de la taxe carbone par le Conseil constitutionnel. Puis il a encouragé le débat sur l’identité nationale, l’immigration et l’islam. L’Elysée, redoutant des triangulaires avec le FN, qui avaient fait chuter la droite en 2004, souhaitait avant tout s’adresser aux électeurs frontistes”. Le Monde.

- Clearstream. Malgré les nominations de magistrats à sa botte, l’homme que N. Sarkozy voulait “pendre à un croc de boucher” est ressorti libre du tribunal.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jef06 Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines